En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Mon enfant va chez le dentiste

Mis à jour : Vendredi 07 Août 2009

Comme le médecin traitant ou le pédiatre, le dentiste est un intervenant régulier dans le suivi médical d'un enfant. Des visites régulières à son cabinet permettent de prévenir et de soigner les principaux problèmes bucco-dentaires.

Qui est le dentiste ?

mal aux dents

Le dentiste, ou chirurgien-dentiste, est le spécialiste de l’hygiène et des soins bucco-dentaires. S’il est également orthodontiste, il corrige les défauts de positionnement des dents définitives, par exemple à l’aide d’appareils dentaires.

Pour être dentiste, il faut détenir un diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire. Un dentiste peut se spécialiser, notamment en orthodontie, ce qui demande quatre années d’études supplémentaires à temps partiel. La grande majorité des chirurgiens-dentistes travaille en cabinet libéral. Seule une petite partie (7 %) est salariée et travaille dans les hôpitaux, les centres de soins ou le service de santé des armées.

Quand doit-on amener son enfant chez le dentiste ?

Dès le plus jeune âge, il est important de prendre l’habitude de consulter un dentiste, car les dents des enfants sont très sensibles aux caries. Dès ses trois ans, il est conseillé d’emmener son enfant chez le dentiste deux fois par an pour des visites de contrôle. Le carnet de santé prévoit deux examens bucco-dentaires obligatoires, à six ans et à douze ans. En cas d’urgence (inflammation des gencives, douleur, dent cassée, etc.), il faut consulter son dentiste le plus tôt possible.

Vers l'âge de onze à douze ans, un traitement d'orthodontie peut être mis en œuvre si l'enfant présente une mauvaise position des dents définitives. Ces traitements durent plusieurs années et nécessitent la mise en place d'un appareil dentaire. Le coût des traitements orthodontiques varie selon le type de traitement mis en place : en général entre 500 et 1 500 euros par semestre. L'Assurance maladie ne rembourse que les soins effectués chez les enfants de moins de seize ans, à hauteur de 193 euros par semestre, durant six semestres (trois ans) au maximum, après accord préalable de la caisse dont dépendent les parents. Les assurances complémentaires santé (mutuelles) complètent ce remboursement de manière variable.

En dépit de l’amélioration des mesures de prévention de la douleur, les soins bucco-dentaires restent un moment éprouvant pour certains enfants. Cette appréhension ne doit cependant pas nuire à la régularité des visites de contrôle car celles-ci restent le meilleur moyen de limiter les soins.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité