En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment choisir un « pédopsy » ?

Mis à jour : Vendredi 07 Août 2009

Où s'adresser quand un enfant a des problèmes psy ?

Lorsque la qualité de vie d’un enfant est perturbée par des problèmes psychologiques, la première chose à faire est de s’adresser au médecin ou au pédiatre de votre enfant, qui vous conseillera un professionnel. Vous pouvez également contacter le CMP ou le CMPP près de chez vous.

Au-delà de ses compétences professionnelles, le principal critère de sélection d’un professionnel du psychisme des enfants sera le sentiment de confiance que votre enfant et vous éprouverez à son égard. Si vous sentez votre interlocuteur attentif et sans jugement, vous et votre enfant serez plus à l’aise pour lui confier vos difficultés et vos souffrances, ce qui est le premier pas vers le mieux-être.

Si le premier contact ne vous convainc pas, n’hésitez pas à en voir un autre avant de vous engager. Quelques questions vous permettront d’y voir plus clair. Quelle est sa formation ? Quels sont la durée, la fréquence et le tarif de ses consultations ? Sont-elles remboursées ? Propose-t-il uniquement des entretiens individuels ou également des séances de groupe ? Observez son comportement avec vous et votre enfant, ainsi que la qualité de son écoute et de ses réponses (absence de jugement, clarté, précision, conseils pratiques, etc.).

Les CMP et les CMPP
Il ne faut pas confondre les centres médico-psychologiques (CMP) qui accueillent des patients souffrant de maladies psychiques et les centres médico-psychopédagogiques (CMPP) qui s’occupent du traitement des troubles du comportement chez des enfants en difficulté.
Les CMP sont des centres de soins psychiatriques liés au monde hospitalier qui assurent le suivi au long cours des patients. Implantés en ville, les CMP accueillent des patients qui peuvent y consulter des psychiatres, des psychologues, ou encore rencontrer une assistante sociale, un infirmier psychiatrique, etc. Certains d’entre eux sont spécialisés dans la prise en charge des enfants et des adolescents. Leurs soins sont pris en charge par l’Assurance maladie.
Les CMPP sont, pour la plupart, des structures associatives. On en trouve au moins un dans chaque département. Leur rôle est le diagnostic, le traitement et la réadaptation d’enfants qui souffrent de troubles neuro-psychologiques ou du comportement. Ce sont à la fois des lieux de parole pour les enfants et leurs parents, et des établissements proposant, parmi d’autres soins, des séances de psychothérapie, de psychomotricité et d’orthophonie prises en charge par l’Assurance maladie.
Pour savoir où trouver un CMP ou un CMPP près de chez soi, on peut se renseigner auprès de sa mairie ou de l’hôpital le plus proche de son domicile, ou chercher dans l’annuaire sous la rubrique centres médicaux et sociaux, dispensaires.

Comment expliquer cette démarche à votre enfant ?

Avant de consulter un spécialiste, il est essentiel d’expliquer pourquoi à votre enfant. Dites-lui qu’il s’agit d’une démarche commune qui vous concerne autant que lui. Il est préférable qu’il n’ait pas l’impression d’être le seul à l’origine du problème. Si vous sollicitez l’aide d’un professionnel, c’est pour résoudre ensemble une situation qui implique toute la famille et dans laquelle il est partie prenante. Expliquez-lui que le choix d’un spécialiste permet de dire les choses à une personne neutre soumise au secret professionnel : cette personne peut aider chacun à comprendre ce qui lui arrive et à gérer ses difficultés et ses souffrances. Dites-lui également que, s’il ne se sent pas à l’aise avec cette personne, vous en trouverez une autre avec laquelle il aura plus d’affinités. Après la première consultation, assurez-vous que le contact est bien passé et que votre enfant s’est senti en confiance.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité