En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les compléments alimentaires contre l'arthrose

Mis à jour : Lundi 18 Septembre 2017

Jusqu'à récemment, de nombreux compléments alimentaires étaient commercialisés pour soulager les douleurs liées à l’arthrose, soit en prévenant la dégénérescence des cartilages (c’est le cas de la glucosamine, de la chondroïtine sulfate et du SAM-e), soit en diminuant la fabrication de substances liées à l’inflammation (les insaponifiables d’huiles d’avocat et de soja, les acides gras oméga-3 et oméga-6 ainsi que le méthyl sulfonyl méthane ou MSM). En 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit bon nombre de ses allégations de santé et le marché des compléments alimentaires destinés à soulager l'arthrose s'est considérablement réduit.

Quels compléments alimentaires contre l'arthrose ?

compléments alimentaires

De nombreuses substances étaient proposées pour soulager les douleurs liées aux rhumatismes.

La glucosamine dans l'arthrose

La glucosamine est une substance produite par l’organisme qui joue un rôle dans le maintien des cartilages en bon état. Certaines études cliniques indiquent que, dans le cadre du traitement de l’arthrose, la glucosamine contribue à freiner l’évolution de la maladie. Cependant, des doutes subsistent sur la dose optimale. Elle est souvent associée à la chondroïtine sulfate (voir ci-dessous).

Depuis 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant de la glucosamine de prétendre favoriser la mobilité des articulations, ou réduire le processus de destruction des cartilages, ou être bénéfique à la santé des surfaces articulaires, des cartilages, des ligaments ou des os. Cette allégation de santé est désormais interdite.

La chondroïtine sulfate dans l'arthrose

À l’instar de la glucosamine, la chondroïtine sulfate est un constituant essentiel du cartilage dont il assure la structure et l’élasticité. En tant que médicament, il est proposé sous forme de gélules ou de granulés disponibles sans ordonnance. Des études cliniques indiquent qu’il contribue à ralentir la progression de l’arthrose. La prise simultanée de glucosamine pourrait amplifier cette action préventive.

Cependant, depuis 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant de la chondroïtine de prétendre soutenir la mobilité des articulations, aider à garder les genoux et autres articulations souples et flexibles, ou être un composant important du métabolisme des articulations ou de la bonne santé des articulations. Ces allégations de santé sont désormais interdites.

La SAM-e (S-adénosyl-L-méthionine) dans l'arthrose

Cette substance, naturellement produite par l’organisme, est indispensable au bon fonctionnement du système nerveux et du foie. Elle a été largement étudiée et a démontré une certaine efficacité contre la progression de l’arthrose. Une forme en comprimés, récemment mise au point, est utilisée comme médicament contre l’arthrose dans plusieurs pays européens. Elle est devenue un complément alimentaire très populaire outre-Atlantique. La SAM-e n’est pas commercialisée en France.

Depuis 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant de la S-adénosyl-L-méthionine (SAM-e) de prétendre contribuer à maintenir la santé ou la mobilité des articulations. Cette revendication d’effet est désormais interdite pour les compléments alimentaires contenant de la S-adénosyl-L-méthionine (SAM-e).

Les insaponifiables d’huiles d’avocat et de soja dans l'arthrose

Certaines études cliniques semblent indiquer que la prise de substances extraites des huiles d’avocat et de soja, appelées substances insaponifiables, contribue à soulager la douleur de l’arthrose. En France, un médicament contenant ces substances (Piasclédine) est disponible sans ordonnance pour soulager les douleurs de l’arthrose de la hanche et du genou.

Les acides gras oméga-3 et l’acide gamma-linolénique (GLA) dans l'arthrose

Les acides gras oméga-3 issus des poissons et l’acide gamma-linolénique (un acide gras oméga-6) sont parfois proposés dans le traitement des maladies inflammatoires comme l’arthrose ou la polyarthrite rhumatoïde. Il semblerait qu’une alimentation riche en ce type d’acides gras puisse réduire la production, par l’organisme, de certaines substances responsables des symptômes d’inflammation, les prostaglandines inflammatoires. Plusieurs études sont en cours de réalisation pour évaluer cette hypothèse qui reste à démontrer.

Depuis 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant des acides gras oméga-3 des huiles de poisson ou de l’acide gamma-linolénique (GLA) de prétendre contribuer à améliorer la mobilité des articulations. Cette revendication d’effet est désormais interdite pour les compléments alimentaires contenant des acides gras oméga-3 issus des huiles de poisson ou de l’acide gamma-linolénique (GLA).

Le méthyl sulfonyle méthane (MSM) dans l'arthrose

Le MSM est une substance naturelle contenant du soufre. Deux essais cliniques de bonne qualité méthodologique semblent justifier son intérêt dans le soulagement des douleurs liées à l’arthrose. Des études restent à faire pour mieux définir les conditions de son usage. Le MSM est l’un des compléments alimentaires les plus vendus outre-Atlantique.

Depuis 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant du méthyl sulfonyle méthane (MSM) de prétendre participer au maintien de la santé et du bon fonctionnement des articulations, des tendons, des ligaments ou des os. Cette revendication d’effet est désormais interdite pour les compléments alimentaires contenant du méthyl sulfonyle méthane (MSM).

Le silicium dans l'arthrose

De nombreux compléments alimentaires à base de silicium ou de prêle sont vendus dans les pharmacies et les magasins de diététique. Pourtant aucune étude n’a démontré l’efficacité de cette substance dans cette indication.

Depuis 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant du silicium de prétendre contribuer à la santé normale des os ou des articulations. Cette revendication d’effet est désormais interdite pour les compléments alimentaires contenant du silicium.

L'huile de krill dans l'arthrose

En 2014, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant de l'huile de krill (source de caroténoïdes) de prétendre contribuer à la santé normale des articulations. Cette revendication d’effet est désormais interdite.

Existe-t-il des risques à prendre des compléments alimentaires dans l'arthrose ?

La glucosamine pourrait augmenter la résistance de l’organisme à l’insuline. Elle est donc fortement déconseillée aux personnes souffrant de diabète de type 2 ou d’obésité. Ses éventuels effets indésirables sont les aigreurs d’estomac et les diarrhées. Les personnes asthmatiques ou allergiques aux crustacés sont parfois allergiques à la glucosamine.

La chondroïtine sulfate est déconseillée aux personnes hémophiles ou recevant un traitement anticoagulant. Il est préférable de l’utiliser sous contrôle médical. Du fait de leur teneur élevée en sodium, certains produits à base de chondroïtine sulfate ne doivent pas être employés en cas de régime sans sel. Ses effets indésirables sont identiques à ceux de la glucosamine.

La SAM-e est contre-indiquée chez les personnes souffrant de troubles bipolaires, de maladie de Parkinson ou qui prennent des médicaments contre la dépression. Elle peut parfois provoquer un inconfort digestif en début de traitement.

Les insaponifiables d’huiles d’avocat et de soja sont parfois à l’origine de régurgitations.

Les acides gras oméga-3 et l’acide gamma-linolénique auraient des propriétés anticoagulantes qui justifient un contrôle médical chez les personnes qui prennent simultanément des médicaments destinés à fluidifier le sang.

Le MSM est contre-indiqué chez les personnes souffrant de troubles des reins ou recevant une chimiothérapie anticancéreuse.

Actualités

La dispensation d'antibiotiques à l'unité diminue le volume vendu et semble améliorer l'observance

Expérimentation de la dispensation à l’unité des antibiotiques : résultats d'une étude de l'Inserm

Représentation en 3D de virus de la grippe (illustration).

Vaccination contre la grippe 2017-2018 : en pratique

Le tabagisme, l'obésité, le déséquilibre alimentaire et la sédentarité semblent augmenter le risque de complications douloureuses dans la SEP

Sclérose en plaques : analyse des facteurs de risque, symptômes et pathologies associés à la douleur