En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La phytothérapie dans le traitement de l'arthrose

Mis à jour : Vendredi 15 Décembre 2017

Quelles plantes pour soulager l'arthrose ?

phytothérapie

Certaines plantes diminueraient la fabrication par l’organisme des substances liées à l’inflammation.

L’harpagophyton dans le traitement de l'arthrose

Les racines d’harpagophyton contiennent des principes actifs (harpagosides, harpagoquinone et acide cinnamique) qui inhiberaient la synthèse de substances impliquées dans la réaction inflammatoire. L’harpagophyton est la plante qui a montré le plus grand intérêt dans le traitement des douleurs liées à l’arthrose. Il est également utilisé pour soulager les douleurs lombaires.

Le cassis dans le traitement de l'arthrose

Les feuilles et les baies de cassis renferment des flavonoïdes et des proanthocyanidols qui seraient dotés de propriétés anti-inflammatoires.

L’huile de graines de cassis est riche en acides gras essentiels de la famille des oméga-3 et de celle des oméga-6 qui posséderaient des propriétés anti-inflammatoires. Cependant, en 2012, les autorités européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant des acides gras oméga-3 ou oméga-6 de revendiquer un effet positif sur les articulations ou sur l'inflammation. Ces allégations de santé sont désormais interdites.

L’ortie dioïque dans le traitement de l'arthrose

Les feuilles d’ortie dioïque sont riches en sels minéraux, en acides caféique et chlorogénique, en sitostérol et en flavonoïdes, peut-être à l’origine de ses propriétés anti-inflammatoires.

Le saule blanc et la reine-des-prés dans le traitement de l'arthrose

L’écorce de saule blanc contient des tanins, des flavonoïdes et des composés salicylés (en particulier la salicine). Dans l’organisme, la salicine est transformée en acide salicylique, substance anti-inflammatoire et analgésique (contre la douleur). Cette substance se retrouve également dans la reine-des-prés (ou spirée).

Les autres plantes dans le traitement de l'arthrose

L’huile essentielle de romarin, l’huile essentielle de gingembre et la teinture d’arnica sont traditionnellement utilisées en application pour soulager les douleurs articulaires et musculaires.

Le curcuma réduirait la douleur articulaire, et aurait un effet anti-inflammatoire.

Le bouleau est proposé dans le traitement des rhumatismes - sans preuve de son efficacité.

Existe-t-il des risques à utiliser des plantes contre l'arthrose ?

L’apparition soudaine d’un gonflement et d’une rougeur au niveau d’une articulation justifie une consultation médicale rapide, surtout en présence de fièvre, de frissons ou de douleurs musculaires.

  • L’harpagophyton est déconseillé aux personnes qui souffrent de maladies cardiovasculaires, de reflux gastro-œsophagien ou d’ulcère de l’estomac ou du duodénum, ainsi qu’à celles souffrant de calculs biliaires.
  • En cas d’insuffisance cardiaque ou rénale, il est recommandé de consulter avant de prendre des produits de phytothérapie contenant des feuilles ou des baies de cassis.
  • Les personnes qui souffrent d’une crise de calculs urinaires (colique néphrétique), ou de troubles du cœur ou des reins doivent s’abstenir de prendre de l’ortie, du fait de ses propriétés diurétiques.
  • L’écorce de saule blanc présente les mêmes contre-indications que l’aspirine.

Actualités

Agnès Buzyn au micro de France Inter le 14 février 2018 (capture d'écran).

Rougeole : la DGS et Agnès Buzyn appellent les Français non vaccinés "à faire un rattrapage"

Onze vaccinations seront exigibles pour l'entrée ou le maintien en collectivité à partir du 1er juin 2018 pour tout enfant né à partir du 1er janvier 2018 (illustration).

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018 : obligations et nouveautés

Une étude danoise semble confirmer une augmentation du risque cardiovasculaire chez les personnes souffrant de migraine

Migraine et possible augmentation du risque cardiovasculaire : résultats d'une étude de cohorte danoise