Douleur sciatique

Mis à jour : Vendredi 15 Novembre 2019

Les douleurs sciatiques, couramment appelées « sciatiques » ou « cruralgies », sont liées à des lésions de la colonne vertébrale. Elles peuvent être handicapantes et nécessitent toujours une consultation médicale. Seules les douleurs sciatiques anciennes et connues peuvent être soulagées en automédication et toujours selon les conseils du médecin.

Quels sont les symptômes des douleurs sciatiques ?

La douleur sciatique est une douleur vive qui irradie dans la fesse, le long de l’arrière de la cuisse et parfois jusqu’au bas de la jambe. Dans certains cas, la douleur passe sur le devant de la cuisse et descend sur le côté de la jambe.

La douleur est habituellement ressentie seulement d’un coté. La position assise ou des quintes de toux l’amplifie, alors que la position allongée apporte souvent un soulagement.

Des modifications de la sensibilité (fourmillements, engourdissements) peuvent être associées.

nerf sciatique
Nerf sciatique

Quelles sont les complications éventuelles de la sciatique ?

Une hernie discale qui appuie longtemps sur un nerf peut être la cause de modifications de la sensibilité dans la zone qu’il dessert, de douleurs non calmée par les médicaments antalgiques usuels, de paralysies partielles ou même de troubles des intestins ou de la vessie. Il s’agit alors de formes rares, mais graves, de sciatiques.

Qu’est-ce que le nerf sciatique
Le nerf sciatique est un nerf de grande dimension. Il assure la sensibilité d’une partie des membres inférieurs (jambes, pieds) et sa mise en mouvements. Ses racines nerveuses sortent dans la partie lombaire et sacrée de la colonne vertébrale (L4, L5, S1, S2 et S3). Toute compression ou inflammation du nerf sciatique entraine des douleurs le long de son trajet.

Actualités

Dépression et burnout : un danger pour les médecins avec des répercussions sur les patients (illustration).

Quand les médecins dépriment, les patients trinquent aussi

Selon la HAS, le dépistage universel de l'hépatite C n'est pas pertinent en France

Hépatite C : selon la HAS, le dépistage universel n’est pas pertinent en France

En France, environ 20 000 personnes ont initié un traitement prophylactique pré-exposition au VIH (PrEP)

Prévention du VIH : depuis 2016, plus de 20 000 personnes ont initié une PrEP