Comment soulage-t-on les douleurs sciatiques ?

Mis à jour : Lundi 13 Janvier 2020

Quels sont les traitements de la douleur sciatique ?

Le traitement des douleurs sciatiques repose sur les médicaments contre la douleur : le paracétamol, l’aspirine, l’ibuprofène, voire des médicaments plus puissants comme la codéine ou le tramadol. Les infiltrations de corticoïdes sont réservées aux douleurs rebelles. Les bains chauds détendent la musculature contractée. Des séances chez le kinésithérapeute peuvent apporter une amélioration. Une activité physique modérée, comme la natation par exemple, peut contribuer à prévenir les récidives.

Les médicaments utilisés en cas de douleurs sciatiques

Les douleurs sciatiques peuvent être soulagées par des médicaments antalgiques par voie orale : paracétamol (liste des médicaments consultable ici), voire des antalgiques plus puissants tels que la codéine, le tramadol (liste des médicaments consultable ici) ou la morphine (liste des médicaments consultable ici).

Certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont indiqués dans traitement de courte durée des sciatiques. Ils sont listés ci-dessous. Ils peuvent être administrés par voie orale, rectale ou injectable. Leur utilisation doit alors se faire dans le strict respect de l’ordonnance (dose et durée de prescription) pour limiter les effets indésirables.

Liste des médicaments mise à jour : Vendredi 24 Juillet 2020

AINS : alminoprofène

AINS : étodolac

AINS : flurbiprofène

AINS : indométacine

AINS : ténoxicam

Légende
Médicament générique

Parfois, en phase aigüe, des relaxants musculaires (liste des médicaments consultable ici) sont prescrits pour soulager les douleurs liées aux tensions musculaires provoquées par la douleur.

Les infiltrations de corticoïdes (médicaments de la famille de la cortisone) sont d’efficacité modeste. Elles sont réservées aux douleurs qui n’ont pas été soulagées par les autres traitements.

Liste des médicaments mise à jour : Vendredi 24 Juillet 2020

Corticoïdes injectables à action prolongée

Actualités

Les tests salivaires sont plus simples, moins désagréables, mais moins fiables (illustration).

COVID-19 : la HAS favorable aux tests salivaires, uniquement en présence de symptômes

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif