En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic de l’ostéoporose

Mis à jour : Lundi 28 Août 2017

Comment dépiste-t-on l’ostéoporose ?

Certains facteurs de risque peuvent amener le médecin à proposer un dépistage de l’ostéoporose : la ménopause, l’âge (plus de 55 ans), les antécédents familiaux, la prise prolongée de médicaments à base de cortisone, le mode de vie (absence d’activité physique, tabagisme, alcoolisme) ou la maigreur, par exemple. Le dépistage se fait généralement à l’initiative du médecin, mais les femmes ménopausées peuvent demander à leur médecin d’évaluer leur risque personnel vis-à-vis de l’ostéoporose.

Pour établir un diagnostic d’ostéoporose, on peut pratiquer un examen, appelé ostéodensitométrie, qui permet d’évaluer la densité des os. Cet examen est sans douleur. Le patient s’allonge sur un appareil qui ressemble à une table de radiologie et doit rester immobile quelques minutes. L’irradiation est vingt fois moins importante que pour une radiographie des poumons. Différents os peuvent être étudiés : la colonne vertébrale, le col du fémur ou le squelette entier.

L'ostéodensitométrie mesure la densité osseuse et leur contenu en minéraux. Elle permet ainsi de déterminer le degré de déminéralisation du squelette et l'importance du risque de fracture. Des critères précis ont été fixés par l’Organisation mondiale de la santé : il y a ostéopénie lorsque la perte osseuse est comprise entre 10 et 25 %, et ostéoporose lorsque la perte osseuse est égale ou supérieure à 25 %. Cependant, cette technique souffre d'une grande variabilité et ses modalités d'utilisation n'ont pas encore été validées. L’examen ostéodensitométrique est partiellement pris en charge par l’Assurance maladie (taux de remboursement : 70 % sur la base d’un tarif fixé à 40 € environ). La plupart des assurances complémentaires de santé (mutuelles) remboursent le coût qui n’est pas pris en charge par l’Assurance maladie.

Présentez-vous des risques d’ostéoporose ?
    Répondez aux questions qui suivent. Si vous répondez oui à au moins une question, parlez-en avec votre médecin.
  • Votre père ou votre mère se sont-ils fracturé le col du fémur à la suite d'un choc ou d'une chute sans gravité ?
  • Vous êtes-vous fracturé un os à la suite d'un choc ou d'une chute sans gravité ?
  • Avez-vous subi un traitement à base de corticoïdes (cortisone) pendant plus de six mois ?
  • Votre taille a-t-elle diminué de plus de trois centimètres depuis l'âge adulte ?
  • Buvez-vous de l'alcool régulièrement et en quantité excessive ?
  • Fumez-vous plus de 20 cigarettes par jour ?
  • Votre activité physique est-elle très réduite, voire inexistante ?
  • Prenez-vous des repas sans produit laitier ?
    Questions supplémentaires pour les femmes :
  • Votre ménopause a-t-elle commencé avant l'âge de 45 ans ?
  • Vos règles se sont-elles interrompues pendant 12 mois ou plus, pour une autre raison qu’une grossesse ?

Actualités

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité

Les douleurs éprouvées par de nombreuses femmes pendant des rapports sexuels peuvent d'être d'origine physique et/ou psychologique (illustration).

Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge

La prescription prophylactique d'IPP augmente le risque de pneumonie et de diarrhée à clostridies en soins intensifs

IPP en prévention des saignements digestifs chez les patients hospitalisés : examen de leur utilité