Symptômes, évolution et diagnostic du rhumatisme psoriasique

Mis à jour : Lundi 13 Mai 2019
Image sponsoring article

Quels sont les symptômes du rhumatisme psoriasique ?

Les symptômes du rhumatisme psoriasique sont peu spécifiques et ressemblent pour beaucoup à ceux des autres formes de rhumatismes inflammatoires chroniques. Lorsque les crises aiguës (les « poussées ») du rhumatisme psoriasique sont peu sévères et très espacées dans le temps (plusieurs années entre deux poussées), il n’est pas rare que le rhumatisme psoriasique passe inaperçu. On estime que, chez la moitié des patients souffrant de psoriasis et de rhumatisme psoriasique, ce dernier n’a jamais été diagnostiqué.

Deux symptômes, présents chez 30 à 50 % des patients, sont particulièrement caractéristiques du rhumatisme psoriasique :

  • l’enthésite, ou inflammation des enthèses, les attaches des ligaments et des tendons sur les os, à l’origine de douleurs articulaires ;
  • la dactylite, une inflammation des articulations des doigts qui provoque douleur et gonflement : le doigt prend une forme « de saucisse ».

Ces symptômes sont souvent asymétriques (un seul côté du corps est touché).

D’autres symptômes peuvent également être observés :

  • des douleurs articulaires qui réveillent au milieu de la nuit ;
  • de la fatigue, en particulier pendant les poussées ;
  • une raideur articulaire matinale qui est soulagée par le mouvement (« dérouillage ») ;
  • des gonflements au niveau des articulations dus à une inflammation de la membrane qui protège les articulations (la « membrane synoviale »). Ces gonflements témoignent d’un « épanchement de synovie », c’est-à-dire une augmentation du volume de liquide présent dans l’articulation.

Chez les personnes qui souffrent de psoriasis, un symptôme est fréquemment présent lors de rhumatisme psoriasique (70 à 80 % des cas) : les ongles présentent de nombreux petits cratères, on parle « d’ongles en dé à coudre » ou « ongles de couturière ».

Dans certains cas, le rhumatisme psoriasique peut s’accompagner d’une inflammation des yeux (« uvéite »), d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI : maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique), de troubles du rythme cardiaque ou d’anomalies des valves cardiaques.

Comment évolue le rhumatisme psoriasique ?

Le rhumatisme psoriasique évolue par crises aiguës (les « poussées ») séparées par des périodes d’accalmie. Chez les personnes également atteintes de psoriasis, ces poussées sont indépendantes des poussées de symptômes cutanés.

Sans traitement, le rhumatisme psoriasique peut provoquer des raideurs articulaires irréversibles (on parle alors d’ « ankylose »), voire des déformations articulaires elles aussi irréversibles. Ces complications peuvent être à l’origine d’un handicap.

Comment diagnostique-t-on le rhumatisme psoriasique ?

Le rhumatisme psoriasique peut être diagnostiqué par un dermatologue (chez un patient atteint de psoriasis) ou un rhumatologue. Outre les symptômes, une série d’examens complémentaires (radiographies, tests sanguins) permettent de confirmer la suspicion de rhumatisme psoriasique.

Actualités

Un risque qui ne surprend pas vraiment (illustration).

Tabagisme : un risque accru d’infection COVID-19 et d’évolution plus grave

Les patients au secours des patients (illustration).

Une autre piste thérapeutique contre le SARS-CoV-2 : la sérothérapie

Écorces de quinquina : Cinchona officinalis (illustration @H. Zell sur Wikimedia).

Chloroquine… une histoire… d’avenir ?