En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Spondylarthrite

Mis à jour : Lundi 09 Janvier 2017

La spondylarthrite est une maladie inflammatoire chronique qui touche essentiellement les articulations des vertèbres et l'articulation entre la colonne vertébrale et le bassin. Cette maladie auto-immune, d'évolution lente et qui ne met pas la vie en jeu, peut être à l'origine de handicap. Heureusement, des traitements existent pour soulager ses symptômes et prévenir ses complications.

Qu'est-ce que la spondylarthrite ?

mal de dos - lombaires

La spondylarthrite (également appelée spondylarthrite ankylosante SPA, pelvispondylite rhumatismale ou Morbus Bechterew), est une inflammation chronique qui touche essentiellement les articulations de la colonne vertébrale, du bassin, parfois des hanches et des genoux. « Spondyl » signifie colonne vertébrale et arthrite signifie « inflammation des articulations ». Cette inflammation peut également toucher les zones où les muscles et les tendons s’attachent aux os (ces zones sont appelées « enthèses »).

Comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite est une maladie auto-immune : le système immunitaire attaque certaines articulations du patient et cette réaction est à l’origine de l’inflammation. L’évolution de la spondylarthrite est lente mais, à terme, elle peut entraîner progressivement une raideur ou « ankylose », source de handicap.

Les autres inflammations de la colonne vertébrale
La spondylarthrite appartient au groupe des « spondylarthropathies », c’est à dire des maladies des articulations des vertèbres. Ces maladies partagent certains de leurs symptômes. Parmi celles-ci, on trouve le rhumatisme psoriasique (rhumatisme lié au psoriasis, maladie auto-immune de la peau), les arthrites réactionnelles (inflammation d’une articulation causée par une infection ailleurs dans le corps), ou les arthrites associées aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Crohn et rectocolite hémorragique).

Qui est touché par la spondylarthrite ?

La spondylarthrite toucherait 0,3 % de la population française, soit environ 300 000 personnes. On a longtemps pensé que les hommes étaient trois à quatre fois plus touchés que les femmes, mais des études récentes semblent indiquer que la spondylarthrite atteint les hommes et les femmes avec la même fréquence. Néanmoins, cette maladie semble moins sévère chez les femmes.

La spondylarthrite atteint de préférence les adultes jeunes, les premiers symptômes apparaissant habituellement avant l’âge de 40 ans. Néanmoins, dans 15 à 20 % des cas, elle commence avant l’âge de 16 ans (spondylarthropathie dite juvénile), le plus souvent par des douleurs des hanches. Quarante pour cent d’entre elles se révèlent encore actives à l’âge adulte.

La spondylarthrite apparaît rarement après l’âge de 50 ans. Chez les seniors, les douleurs du bas du dos ou du bassin sont le plus souvent liés à des problèmes d’usure des cartilages articulaires (arthrose).

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères