En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les autres types de traitement contre la spondylarthrite

Mis à jour : Lundi 09 Janvier 2017

Selon les organes atteints, la prise en charge médicale de la spondylarthrite mobilise divers médecins (rhumatologue, dermatologue, gastro-entérologue, ophtalmologiste, etc.), ainsi que des kinésithérapeutes, des podologues ou des ergothérapeutes. La rééducation, appliquée essentiellement à la colonne vertébrale, a une place importante et représente un complément indispensable au traitement médicamenteux.

La rééducation dans la spondylarthrite

La rééducation est mise en place dès le début de la maladie pour conserver ou améliorer la mobilité et la force, ainsi que pour prévenir ou réduire les déformations de la colonne vertébrale. Cette rééducation est associée aux médicaments contre la douleur et l’inflammation qui, en réduisant la douleur, la rende possible et efficace.

Diverses formes de rééducation peuvent être mises en œuvre : séances de kinésithérapie individuelle ou en groupe, ainsi que, si le médecin le juge utile, port d’un corset qui soulage et corrige des déformations importantes, ou port de semelles pour soulager les douleurs du talon.

Lorsque la maladie provoque un enraidissement important, les exercices de rééducation sont plus soutenus, en particulier pour renforcer les muscles, préserver la mobilité et combattre les déformations. Une kinésithérapie respiratoire peut parfois s’avérer nécessaire pour prévenir une ankylose thoracique.

La physiothérapie dans la spondylarthrite

Lors de poussée inflammatoire, il peut être intéressant de pratiquer des applications de chaleur sur les articulations touchées pour soulager les douleurs, ou de pratiquer la balnéothérapie (travail des articulations et des muscles dans un bassin chauffé).

L'ergothérapie dans la spondylarthrite

L’ergothérapie consiste à apprendre au patient à préserver son autonomie en dépit du handicap, en adaptant ses gestes et son environnement. Elle est nécessaire dès le début de la maladie et permet d’apprendre à protéger ses articulations en adaptant les gestes quotidiens. L’ergothérapeute informe également le patient sur les appareillages, les aides techniques (par exemple les accessoires utiles dans la cuisine ou la salle de bains), l’aménagement du domicile et du lieu de travail, l’adaptation des transports, etc.

Les synoviorthèses dans la spondylarthrite

Lorsque la spondylarthrite affecte durablement les articulations des membres et résiste aux traitements, le rhumatologue peut recourir à une synoviorthèse isotopique, c’est-à-dire l’injection intra-articulaire d’une substance radioactive à durée d’action prolongée. La radioactivité (qui reste faible et localisée) inhibe les conséquences de l’inflammation.

Le traitement chirurgical de la spondylarthrite

La chirurgie concerne des cas bien particuliers, lors de formes sévères et invalidantes de spondylarthrite. Par exemple, le chirurgien peut fixer de plusieurs vertèbres entre elles, ce qui immobilise la colonne et soulage les douleurs. La pose de prothèses totales de hanche est parfois nécessaire.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures