En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment soigner une tendinite ?

Mis à jour : Vendredi 10 Novembre 2017

La première mesure à prendre est de mettre le tendon au repos en l'immobilisant. Celle mesure est habituellement associée à des médicaments antalgiques (antidouleur) et à de la rééducation fonctionnelle (pour éviter les récidives).

Les médicaments dans le traitement des tendinites

Les anti-inflammatoires par voie orale

Pour soulager la douleur, la prise d'un médicament antalgique (paracétamol par exemple) est conseillée. La prise d'un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), comme l'ibuprofène, le kétoprofène ou le naproxène, peut également être prescrite en phase aiguë.

Seuls sont listés ci-dessous les AINS ayant une indication dans le traitement d'appoint des tendinites dans leur Autorisation de mise sur le marché (AMM).

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

AINS : acide tiaprofénique

AINS : ténoxicam

Légende
Médicament générique

Les antalgiques locaux

En phase aiguë, l'application d'une crème ou d'un gel à base d'anti-inflammatoire (AINS) peut également être proposée. Elle peut soulager la douleur dans le cadre d'affections traumatologiques sans gravité, sans présenter les effets indésirables des AINS par voie orale. La plupart de ces traitements locaux sont disponibles sans ordonnance. Les gels contenant du kétoprofène peuvent être à l'origine de réactions de photosensibilité. Les zones traitées avec le gel doivent être recouvertes par un vêtement pour ne pas être exposées au soleil, même voilé, pendant toute la durée du traitement et pendant les 15 qui suivent son arrêt.

Traitements antalgiques locaux : AINS et autres composés

Traitements antalgiques locaux : AINS et révulsifs

Traitements antalgiques locaux : corticoïde et salicylate

Traitements locaux divers

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les infiltrations de corticoïdes

Lorsque le repos du tendon est resté sans résultat, le médecin peut également décider de prescrire une infiltration. Il s’agit d’injecter une solution contenant un corticoïde (« cortisone ») à proximité du tendon douloureux. Le corticoïde agit localement contre l’inflammation. L’injection doit être pratiquée sous contrôle médical. En cas d’injection unique, les effets indésirables généraux des corticoïdes ne surviennent pas.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Corticoïdes injectables à action immédiate

La rééducation dans le traitement des tendinites

Une rééducation fonctionnelle, assurée par un kinésithérapeute, peut être mise en place dès que les douleurs aiguës sont passées.

La chirurgie dans le traitement des tendinites

Dans le cas de tendinite persistante non soulagée par le traitement médicamenteux et la kinésithérapie, une opération chirurgicale peut être envisagée. L’intervention comprend des gestes différents selon la localisation : peignage du tendon, section d'un tendon, désinsertion musculaire, allongement tendineux...

Des complications, peu fréquentes, sont possibles : infection, atteinte nerveuse, raideur articulaire, faiblesse musculaire... La rééducation est indispensable pour une bonne récupération.

Actualités

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures

Les arrêts cardiaques pendant ou juste après l'amour restent rares (illustration).

Arrêt cardiaque lié à l’acte sexuel : peu fréquent mais de mauvais pronostic malgré la présence d’un