Que faire lorsqu’on a la bouche sèche ?

Mis à jour : Vendredi 03 Février 2017

Ce que vous pouvez faire en cas de sécheresse buccale

Certaines mesures peuvent contribuer à limiter la sécheresse de la bouche :

  • buvez beaucoup d’eau tout au long de la journée ;
  • sucez des bonbons acidulés ou mâchez des gommes sans sucre pour activer la salivation ;
  • évitez les aliments salés, secs ou collants (chips, biscuits d’apéritif, fruits secs, etc.) ou très sucrés (sodas, bonbons, etc.) ;
  • évitez la caféine (dans le café, le thé, les colas, le chocolat) ou les boissons alcoolisées qui déshydratent ;
  • diminuez votre consommation de tabac ou cessez de fumer ;
  • rincez-vous la bouche avec de l’eau avant et après chaque repas ;
  • mangez plutôt des aliments mous (soupes, purées liquides, flans, etc.) ou ramollissez-les avec du beurre ou de la crème. Si avaler vous fait mal, préférez des aliments froids ou tièdes ;
  • lavez-vous les dents plusieurs fois par jour avec une brosse souple et un dentifrice au fluor. Utilisez des bains de bouche ne contenant ni alcool ni eau oxygénée ;
  • installez un humidificateur d’atmosphère dans votre chambre.
Conduite à tenir en cas de bouche sèche
  alt Si les mesures d'automédication n'ont eu aucun effet.
  alt Si la sécheresse a débuté en même temps que la prise d'un nouveau traitement.
  alt Si la sécheresse de la bouche est apparue indépendamment de la prise d'un nouveau traitement et qu'elle n'est pas trop pénible.
Légende
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de xérostomie ?

Le médecin cherche à confirmer par des tests la diminution de production de salive et d’en identifier la cause. De plus, il peut rechercher si la sécrétion de larmes est, elle aussi, diminuée. Si la sécheresse de la bouche est liée à un médicament et qu’elle persiste, le médecin peut essayer de supprimer le médicament en cause ou prescrire un traitement de substitution.

Actualités

Les tests salivaires sont plus simples, moins désagréables, mais moins fiables (illustration).

COVID-19 : la HAS favorable aux tests salivaires, uniquement en présence de symptômes

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif