Bouche sèche

Mis à jour : Vendredi 03 Février 2017

Il arrive que la quantité de salive sécrétée ne suffise pas à humidifier la bouche, entraînant des difficultés pour s’alimenter ou une mauvaise haleine. Certaines maladies et certains traitements médicamenteux peuvent être responsables de ce problème. Une sécheresse buccale durable nécessite un suivi médical car elle peut entraîner des problèmes buccodentaires et affecter la qualité de vie.

Quels sont les symptômes de la sécheresse buccale ?

verre d'eau
    La sécheresse excessive de la bouche (ou xérostomie) s’accompagne souvent de signes locaux caractéristiques :
  • d’un dessèchement de la gorge,
  • de sensations de brûlure ou d’irritation de la bouche,
  • des fendillements de la lèvre ou de la langue,
  • une soif importante.

La mastication des aliments peut devenir pénible et entraîner des difficultés à avaler. La perception du goût peut être altérée et les appareils dentaires sont difficiles à supporter.

Parfois, l’entourage se plaint de la mauvaise haleine de la personne affectée par ce problème de santé.

Quelles sont les complications éventuelles de la bouche sèche ?

Le manque de salive peut être à l’origine de problèmes oropharyngés. Il favorise le dépôt de de plaque dentaire, augmentant ainsi le risque de gingivite, de carie et d’autres infections de la bouche (mycose buccale par exemple).

Les glandes salivaires
Les glandes salivaires, au nombre de six, sécrètent la salive, un liquide incolore et visqueux qui a un rôle important dans l’hygiène buccale. En effet, la salive prévient les caries ou les infections, en humidifiant et en protégeant la muqueuse buccale et les dents. Elle participe également à la digestion, en aidant le passage des aliments dans l'œsophage et dans le tube digestif et en commençant leur digestion grâce à ses enzymes.
Les troubles des glandes salivaires peuvent être divers : infection, calculs, ou plus rarement tumeur. Ils peuvent se traduire par des douleurs en salivant, un gonflement sous la mâchoire ou près de l'oreille, un excès de salive, ou au contraire une absence ou une diminution de salive.

Quelles sont les causes de la sécheresse de la bouche ?

La sécheresse excessive de la bouche est due à une sécrétion salivaire insuffisante (hyposialie), voire inexistante (asialie). Elle peut être transitoire ou prolongée selon sa cause. Outre l’âge, les principales causes de diminution de sécrétion salivaire sont certains médicaments (voir tableau plus bas), la radiothérapie de la tête et du cou et le syndrome de Gourgerot-Sjören. Il existe d’autres facteurs plus rares : le stress ou l’angoisse, l’usage du tabac, l’habitude de respirer par la bouche.

    Certaines maladies peuvent également provoquer ou amplifier la sécheresse buccale. Parmi celle-ci, on peut citer :
  • les maladies celles qui déshydratent (par exemple, les maladies qui provoquent de la fièvre ou de la diarrhée),
  • le rhume ou la rhinite allergique qui encombrent le nez,
  • le diabète de type 2 mal contrôlé,
  • l’insuffisance rénale chronique,
  • le Sida/HIV.
Liste non exhaustive des médicaments peuvent être à l’origine d’une sécheresse de la bouche
Antalgiques Morphine et ses dérivés
Codéine
Antiallergiques antihistaminiques les plus anciens Alimémazine, prométhazine, doxylamine
Anticancéreux cytotoxiques  
Antidépresseurs Antidépresseurs imipraminiques, inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS), duloxétine
Antiépileptiques Carbamazépine, oxcarbazépine, prégabaline
Antiglaucomateux Brimonidine, apraclonidine
Antihypertenseurs Clonidine, guanfacine, méthyldopa, certains bêtabloquants
Antispasmodiques Atropine
Antiparkinsoniens anticholinergiques Trihexyphénidyle
Antiulcéreux Inhibiteurs de la pompe à protons
Alpha-bloquants utilisés dans le traitement de l’adénome de la prostate ou de l’hypertension  
Bronchodilatateurs anticholinergiques utilisés dans l’asthme ou la bronchite chronique Ipratopium, glycopyrronium, tiopropium, théophylline, etc.
Diurétiques  
Hypnotiques Benzodiazépines
Neuroleptiques Phénothiazines essentiellement
Tranquillisants Benzodiazépines
Autres Bupropion

Comment prévenir la sécheresse buccale ?

Il est difficile de prévenir la sécheresse buccale. Si celle-ci est liée au fait que la personne respire par la bouche, en particulier la nuit, il est nécessaire de chercher à corriger les causes de cette habitude (par exemple, en traitant des problèmes de rhinite allergique). Si la sécheresse de la bouche est liée à un médicament, notez son nom pour éviter de le reprendre. Signalez-le à votre médecin et à votre pharmacien.


Ce que vous pouvez faire en cas de sécheresse buccale

Certaines mesures peuvent contribuer à limiter la sécheresse de la bouche :

  • buvez beaucoup d’eau tout au long de la journée ;
  • sucez des bonbons acidulés ou mâchez des gommes sans sucre pour activer la salivation ;
  • évitez les aliments salés, secs ou collants (chips, biscuits d’apéritif, fruits secs, etc.) ou très sucrés (sodas, bonbons, etc.) ;
  • évitez la caféine (dans le café, le thé, les colas, le chocolat) ou les boissons alcoolisées qui déshydratent ;
  • diminuez votre consommation de tabac ou cessez de fumer ;
  • rincez-vous la bouche avec de l’eau avant et après chaque repas ;
  • mangez plutôt des aliments mous (soupes, purées liquides, flans, etc.) ou ramollissez-les avec du beurre ou de la crème. Si avaler vous fait mal, préférez des aliments froids ou tièdes ;
  • lavez-vous les dents plusieurs fois par jour avec une brosse souple et un dentifrice au fluor. Utilisez des bains de bouche ne contenant ni alcool ni eau oxygénée ;
  • installez un humidificateur d’atmosphère dans votre chambre.
Conduite à tenir en cas de bouche sèche
  alt Si les mesures d'automédication n'ont eu aucun effet.
  alt Si la sécheresse a débuté en même temps que la prise d'un nouveau traitement.
  alt Si la sécheresse de la bouche est apparue indépendamment de la prise d'un nouveau traitement et qu'elle n'est pas trop pénible.
Légende
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de xérostomie ?

Le médecin cherche à confirmer par des tests la diminution de production de salive et d’en identifier la cause. De plus, il peut rechercher si la sécrétion de larmes est, elle aussi, diminuée. Si la sécheresse de la bouche est liée à un médicament et qu’elle persiste, le médecin peut essayer de supprimer le médicament en cause ou prescrire un traitement de substitution.


Une sécheresse buccale prolongée peut avoir des effets néfastes sur la qualité de vie et la cavité buccale. Elle doit être prise en charge de façon à éliminer les causes éventuelles, à soulager les symptômes et à prévenir l’apparition de caries.

La suppression des facteurs favorisant une sécheresse buccale

Lorsqu’une la diminution de la sécrétion salivaire apparaît comme effet indésirable d’un médicament, il faut en parler à votre médecin. Dans la mesure du possible, il pourra essayer de modifier votre traitement pour remplacer ou arrêter le médicament en cause. Si ce remplacement est impossible, une adaptation de la posologie peut être parfois envisagée.

Il est également recommandé d’éviter la prise de ces médicaments juste avant le coucher.

Des produits de parapharmacie pour soulager

Différents produits de parapharmacie jouant le rôle de substituts salivaires, de lubrifiants ou d’humidifiants peuvent être proposés pour combattre une sécrétion salivaire insuffisante. A base d’ingrédients tels que des esters de glycérol, de la carboxyméthylcellulose, de la povidone ou de l’acide hyaluronique, ils se présentent sous forme de gels, de srays, de solutions pour bains de bouche ou encore de gommes à mâcher. Ils peuvent apporter un soulagement pendant une courte période.

Les traitements médicamenteux

Il existe peu de médicaments pour traiter la sècheresse buccale. Un substitut salivaire de composition proche de la salive (ARTISIAL) ou un médicament à base d’anétholtrithione (SULFARLEM) peuvent être proposés. On ne dispose pas de preuve de l’efficacité de l’anétholtrithione. Bien que ces médicaments puissent être vendus sans ordonnance, il est recommandé de ne pas les utiliser sans avis médical préalable.

La pilocarpine stimule la production de salive. Elle est disponible sous forme de comprimé (SALAGEN) dans le traitement des sécheresses buccales au cours du syndrome de Gougerot-Sjögren (en cas d'inefficacité des traitements locaux) ou en cas de radiothérapie de la tête et du cou. Un examen ophtalmologique comprenant un fond d’œil doit être réalisé avant d’instaurer le traitement.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 14 Mai 2020

Correcteurs des insuffisances salivaires

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les autres mesures

En cas de sécheresse buccale, une bonne hygiène buccale est évidemment importante pour éviter les caries.


Sources et références de l'article "Bouche sèche"