Que faire en cas de gencive douloureuse ou qui saigne ?

Mis à jour : Mercredi 01 Avril 2020

Comment prévenir la gingivite et la parodontite ?

  • Adoptez une bonne hygiène buccodentaire. C’est le meilleur moyen de protéger sa santé dentaire.
  • Par principe, faites contrôler et détartrer vos dents une à deux fois par an par le dentiste.
Conduite à tenir en cas de gencive douloureuse ou qui saigne
  alt Si le saignement des gencives se produit souvent ou récidive malgré une bonne hygiène bucco-dentaire.
  alt Si le saignement ne s'arrête pas au bout de quelques jours de traitement.
  alt Si le saignement est pénible à supporter.
  alt Autres cas.
Légende
alt Consultez un dentiste dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le dentiste face à une gingivite ou une parodontite ?

Le dentiste prodigue des conseils pour améliorer l’hygiène dentaire (il existe des dentistes spécialisés dans les maladies parodontales). Il nettoie méticuleusement les dents et les détartre, souvent à l’aide d’un appareil à ultrasons. Il peut prescrire un médicament à pulvériser ou à badigeonner (collutoire) pour calmer les douleurs et apaiser l’inflammation.

Pour traiter la parodontite, le dentiste opère un détartrage et nettoie les poches gingivales (l’espace entre la dent et la gencive). Le cas échéant, il prescrit un médicament pour apaiser l’inflammation, par exemple un bain de bouche ou un collutoire, voire un antibiotique.

Il peut également pratiquer un surfaçage radiculaire. C’est un détartrage approfondi qui vise à supprimer le tartre situé sous la gencive. Il est parfois réalisé sous anesthésie locale. Ainsi la gencive peut se réattacher à la dent.

Dans certains cas plus avancés de parodontite, un traitement chirurgical peut être nécessaire. On distingue plusieurs techniques :

  • la technique du lambeau d’assainissement parodontal consiste à ouvrir la gencive pour détartrer les racines dentaires et assainir les zones à traiter ;
  • la régénération tissulaire guidée consiste à poser une membrane contenant un substitut osseux sur les zones atteintes afin de faciliter la régénération de l’os détruit et le réattachement de la gencive ;
  • parfois, un greffon osseux est posé pour combler les espaces vides entre la gencive et la dent ;
  • les greffes de gencives peuvent être pratiquées pour protéger les parties dénudées et sensibles des racines des dents, voire pour redonner un aspect normal à la gencive.

La chirurgie parodontale n’est pas recommandée chez les personnes atteintes de maladie cardiaque à cause du risque d'infection de la paroi interne du cœur (via la circulation sanguine qui peut transporter des micro-organismes infectieux). Dans certains cas, elle peut être pratiquée après avoir mis le patient sous traitement antibiotique. Les personnes qui prennent des traitements anti-coagulants doivent le plus souvent arrêter leur traitement avant la chirurgie.

À l’exclusion du détartrage et des examens radiologiques pris en charge par l'Assurance maladie (« Sécurité sociale »), les autres traitements concernant les gencives ne font pas l’objet de remboursement et leur tarif est libre. Le chirurgien-dentiste vous proposera un devis écrit, y compris pour la réalisation du bilan. En fonction de votre contrat, votre assurance complémentaire santé (« mutuelle ») peut prendre en charge tout ou partie du traitement.

Actualités

Diabète de type 2 et COVID-19 : l'équilibre glycémique est la base de la prise en charge (illustration).

Diabète et infections, une influence réciproque

Les microthromboses s'associent à l'endothélite (illustration).

L’endothélite : clé de l’atteinte multiviscérale du SARS-CoV-2 ?

L'actualité COVID-19 depuis le 14 mai 2020 en un seul coup d'œil (illustration).

Les dernières actualités VIDAL sur l'épidémie COVID-19