En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Que faire en cas de gencive douloureuse ou qui saigne ?

Mis à jour : Mercredi 07 Octobre 2015

Comment prévenir la gingivite et la parodontite ?

  • Adoptez une bonne hygiène buccodentaire. C’est le meilleur moyen de protéger sa santé dentaire.
  • Par principe, faites contrôler et détartrer vos dents une à deux fois par an par le dentiste.
Conduite à tenir en cas de gencive douloureuse ou qui saigne
  alt Si le saignement des gencives se produit souvent ou récidive malgré une bonne hygiène bucco-dentaire.
  alt Si le saignement ne s'arrête pas au bout de quelques jours de traitement.
  alt Si le saignement est pénible à supporter.
  alt Autres cas.
Légende
alt Consultez un dentiste dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le dentiste face à une gingivite ou une parodontite ?

Le dentiste prodigue des conseils pour améliorer l’hygiène dentaire. Il nettoie méticuleusement les dents et les détartre, souvent à l’aide d’un appareil à ultrasons. Il peut prescrire un médicament à pulvériser ou à badigeonner (collutoire) pour calmer les douleurs et apaiser l’inflammation.

Pour traiter la parodontite, le dentiste opère un détartrage et nettoie les poches gingivales (l’espace entre la dent et la gencive). Le cas échéant, il prescrit un médicament pour apaiser l’inflammation, par exemple un bain de bouche ou un collutoire, voire un antibiotique. Il existe des dentistes spécialisés dans la parodontie (les maladies parodontales).

Actualités

Repérage de vésicules cutanées évocatrices d'un zona (illustration).

Zona : synthèse des bonnes pratiques sur les connaissances, la prévention et la prise en charge

Les 10 articles de VIDAL les plus lus par les médecins en 2018

Arbre décisionnel pour l'hyperéosinophilie (complet et plus lisible ci-dessous), adapté de M Van Balkum et al., décembre 2018.

L’hyperéosinophilie, un "challenge diagnostique" en l’absence de cause évidente