En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas de mauvaise haleine ?

Mis à jour : Lundi 12 Janvier 2015

Que faire en cas de mauvaise haleine ?

  • Raclez-vous la langue. Il existe des instruments particuliers, disponibles en pharmacie, destinés à cet usage pour éliminer ainsi la couche de cellules mortes déposée dessus. Brossez-vous également la langue tous les jours avec un dentifrice à la menthe.
  • Gargarisez-vous le matin avec une solution antiseptique.
  • Buvez au moins un litre et demi d’eau par jour.
  • Favorisez la salivation en buvant des jus de fruits acides, en suçant des pastilles à la menthe sans sucre ou en mâchant des chewing-gums sans sucre.
  • Rincez-vous souvent la bouche.
  • Mangez régulièrement : la mastication et la déglutition nettoient la bouche, stimulent la salivation et préviennent les mauvaises odeurs.
Conduite à tenir en cas de mauvaise haleine
  Si une amélioration des habitudes et de l'hygiène bucco-dentaire n'apporte pas de changement.
  Si une mauvaise haleine apparaît sans raison apparente.
  Dans les autres cas.
Légende
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de mauvaise haleine ?

Il tente de déterminer la cause de la mauvaise haleine. Il peut demander un examen complémentaire par un dentiste, un stomatologue (spécialiste de la bouche et des dents) ou un oto-rhino-laryngologiste. Le traitement dépend alors de la cause.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité