En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Cancer du col de l'utérus

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Le cancer du col de l'utérus est lié à une infection par un virus, le papillomavirus humain. Depuis vingt ans et la généralisation de mesures de dépistage, le cancer du col de l'utérus est devenu deux fois moins fréquent et deux fois moins meurtrier. La commercialisation récente de vaccins contre le papillomavirus laisse espérer que cette tendance positive se poursuive, à condition que les frottis de dépistage continuent à être faits par les patientes.

Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus ?

femme la cinquantaine

Le terme « cancer du col de l’utérus » correspond à la présence de cellules anormales au sein de la muqueuse qui recouvre le col de l’utérus (la partie basse de l’utérus qui fait la jonction avec le vagin). Ces cellules deviennent anormales en cas d’infection prolongée par un virus de la famille des papillomavirus humains (HPV, Human PapillomaVirus). Ces virus sont transmis par voie sexuelle.

Avant de devenir cancéreuses, les cellules passent par un état précancéreux appelé « dysplasie du col de l’utérus ». La transformation des cellules du col en cellules cancéreuses est lente : elle est liée à la présence chronique des papillomavirus au niveau du col pendant au moins dix à quinze ans.

Un examen simple, le frottis cervico-utérin, permet de dépister la dysplasie du col de l’utérus et, de ce fait, la plupart des cancers du col de l’utérus sont diagnostiqués et traités avant même de devenir réellement des cancers, ce qui permet une guérison complète.

Selon les cellules à l’origine du cancer, on distingue deux formes de cancer du col de l’utérus :

  • les carcinomes épidermoïdes, qui représentent 80 à 90 % des cancers du col de l’utérus et naissent dans les cellules qui tapissent le bas du col.
  • les adénocarcinomes, qui représentent 10 à 20 % des cancers du col de l’utérus et apparaissent dans les cellules qui tapissent le haut du col.
Les autres cancers à papillomavirus humain
De la même manière qu’il peut, après des années d’infection, provoquer un cancer du col de l’utérus, le papillomavirus humain (HPV) peut être à l’origine de cancers d’autres organes.
Par exemple, chez les personnes, hommes et femmes, qui pratiquent la pénétration anale passive sans préservatif, le HPV peut provoquer des cancers du rectum et de l’anus, similaires à ceux observés au niveau du col. De plus, le HPV est à l’origine de cancers du vagin, de la vulve et du pénis, ainsi que de la gorge, du voile du palais, de la base de la langue et des amygdales, probablement après une contamination lors de fellation.

Le cancer du col de l'utérus est-il une maladie fréquente ?

En France, le cancer du col de l’utérus est, en terme de fréquence, le 11e cancer diagnostiqué chez les femmes : autour de 3 000 nouveaux cas chaque année, à l’origine d’environ un millier de décès. Mais cette statistique reflète le diagnostic de cancers déclarés. Les diagnostics de dysplasie du col de l’utérus (l’état précancéreux) sont beaucoup plus fréquents : environ 50 000 nouveaux cas chaque année, identifiés grâce à plus de six millions de frottis cervico-utérins. Les cancers du col de l’utérus sont généralement diagnostiqués chez des femmes âgées de 35 à 45 ans.

Dans certaines régions du monde, le cancer du col de l’utérus est beaucoup plus fréquent et beaucoup plus grave. Par exemple, il représente probablement la première cause de décès par cancer en Afrique et en Amérique du sud.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères