En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La chimiothérapie dans le traitement du cancer du col de l'utérus

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Dans le contexte du cancer du col de l'utérus, la chimiothérapie n'est prescrite que dans le traitement des cancers invasifs et ceux pour lesquels il a été nécessaire d'enlever les ganglions lymphatiques locaux. Le plus souvent, elle est associée à un traitement par radiothérapie.

La chimiothérapie du cancer du col de l'utérus en pratique

En général, la chimiothérapie du cancer du col de l’utérus consiste en quatre à six séances de perfusion intraveineuse (les « cures ») espacées de trois semaines. Le traitement dure donc entre trois et six mois. Le choix des médicaments utilisés est fonction des caractéristiques de la tumeur.

Les effets indésirables de la chimiothérapie du cancer du col de l'utérus

La chimiothérapie nécessaire pour traiter le cancer du col de l’utérus peut provoquer certains effets indésirables. Ces effets ne sont heureusement pas tous ressentis par les patientes. Les médecins spécialisés savent aider leurs patientes à prévenir ces effets indésirables à l’aide de traitements spécifiques, et à mieux les supporter lorsqu’ils surviennent. Ces effets indésirables peuvent être :

Les protocoles de chimiothérapie mis en place dans le traitement des cancers du col de l’utérus ne font généralement pas tomber les cheveux, ni les poils.

Actualités

Aliments riches en vitamine D (illustration).

Intérêt des suppléments de vitamine D pendant la grossesse : résultats d’une vaste étude en double aveugle

Le travail collectif de six équipes de professionnels de santé, administratifs et institutionnels a été rendu public le 18 septembre 2018.

Ma santé 2022 : principales mesures, focus sur la qualité et la pertinence des soins et la e-santé

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques