Les facteurs de risque du cancer du col de l'utérus

Mis à jour : Jeudi 23 Janvier 2020

Qui est à risque de cancer du col de l'utérus ?

Certains facteurs de risque de développer un cancer du col de l’utérus ont été identifiés :

  • commencer sa vie sexuelle à un jeune âge et avoir eu de nombreux partenaires sexuels (ce qui augmente le risque d’être infectée par de nombreuses souches de papillomavirus) ;
  • le fait de ne pas systématiquement utiliser de préservatifs lors de rapports sexuels ;
  • la présence d’autres infections sexuellement transmissibles (infection à chlamydies, gonococcie, syphilis, etc.) ;
  • négliger de faire régulièrement un frottis cervico-utérin (ce qui semble multiplier par trois le risque de cancer du col) ;
  • le tabagisme ;
  • l’âge ;
  • une baisse des défenses immunitaires à cause d’une maladie (par exemple, le VIH/sida) ou d’un traitement (chimiothérapie anticancéreuse, biothérapies des maladies auto-immunes, traitement contre le rejet d’une greffe, etc.) ;
  • le fait d’avoir pris du Distilbène (diéthylstilbestrol) ou d’être la fille d’une femme qui a reçu ce médicament utilisé dans les années 1940-1970 contre les fausses couches à répétition ;
  • l’usage prolongé des pilules contraceptives pourrait également être un facteur de risque de développer un cancer du col. Mais on ignore si cet effet est dû aux hormones contenues dans ces pilules ou au fait que les femmes qui prennent la pilule sont moins enclines à exiger l’usage du préservatif par leurs partenaires.

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

Vigilance et accompagnement, des éléments-clés en médecine gériatrique (illustration).

Patients âgés, COVID-19 et fortes chaleurs : des mesures spécifiques

Une étude menée par l'armée suisse montre que les mesures barrières semblent prévenir l'apparition de symptômes en cas d'infection (illustration).

COVID-19 : les mesures barrières préviennent-elles l’apparition de symptômes en cas d’infection ?