En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les facteurs de risque du cancer du col de l'utérus

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Qui est à risque de cancer du col de l'utérus ?

Certains facteurs de risque de développer un cancer du col de l’utérus ont été identifiés :

  • commencer sa vie sexuelle à un jeune âge et avoir eu de nombreux partenaires sexuels (ce qui augmente le risque d’être infectée par de nombreuses souches de papillomavirus) ;
  • le fait de ne pas systématiquement utiliser de préservatifs lors de rapports sexuels ;
  • la présence d’autres infections sexuellement transmissibles (infection à chlamydies, gonococcie, syphilis, etc.) ;
  • négliger de faire régulièrement un frottis cervico-utérin (ce qui semble multiplier par trois le risque de cancer du col) ;
  • le tabagisme ;
  • l’âge ;
  • une baisse des défenses immunitaires à cause d’une maladie (par exemple, le VIH/sida) ou d’un traitement (chimiothérapie anticancéreuse, biothérapies des maladies auto-immunes, traitement contre le rejet d’une greffe, etc.) ;
  • le fait d’avoir pris du Distilbène (diéthylstilbestrol) ou d’être la fille d’une femme qui a reçu ce médicament utilisé dans les années 1940-1970 contre les fausses couches à répétition ;
  • l’usage prolongé des pilules contraceptives pourrait également être un facteur de risque de développer un cancer du col. Mais on ignore si cet effet est dû aux hormones contenues dans ces pilules ou au fait que les femmes qui prennent la pilule sont moins enclines à exiger l’usage du préservatif par leurs partenaires.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité