En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement du cancer colorectal

Mis à jour : Lundi 18 Septembre 2017

Le suivi médical après un cancer colorectal

Les personnes qui ont subi un traitement contre le cancer colorectal font l’objet d’un suivi médical rapproché pendant plusieurs années, afin de dépister rapidement d’éventuelles récidives.

En général, pendant les deux années qui suivent le traitement, ces patients font des examens de contrôle (tomodensitométrie ou échographie) tous les trois à six mois pendant deux ans, puis tous les ans pendant trois ans. Une coloscopie est également pratiquée après six mois, puis un an plus tard. Ensuite, des coloscopies de contrôle peuvent être faites tous les deux à trois ans. Des examens sanguins sont également pratiqués, à la recherche de l’antigène carcino-embryonnaire (ACE).

Les signes qui doivent amener à consulter après un cancer colorectal

Certains symptômes doivent inciter les personnes qui ont eu un cancer colorectal à contacter leur médecin :

  • des troubles du transit intestinal qui durent (diarrhées ou constipation) ;
  • des envies d’aller à la selle sans résultat ;
  • de la fatigue, une perte d’appétit ou un amaigrissement ;
  • des douleurs de l’anus ou du bas du dos ;
  • du sang dans les selles ;
  • des ballonnements ;
  • des douleurs en position assise.

Pour en savoir plus sur le cancer colorectal

L’Institut national du cancer (INCa) publie des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre : cancer du côlon et cancer du rectum.

Actualités

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité

Les douleurs éprouvées par de nombreuses femmes pendant des rapports sexuels peuvent d'être d'origine physique et/ou psychologique (illustration).

Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge

La prescription prophylactique d'IPP augmente le risque de pneumonie et de diarrhée à clostridies en soins intensifs

IPP en prévention des saignements digestifs chez les patients hospitalisés : examen de leur utilité