En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement d'un cancer du foie

Mis à jour : Vendredi 14 Octobre 2016

Après le traitement d'un cancer du foie

Les personnes qui ont eu un cancer du foie sont régulièrement suivies pour détecter et traiter d’éventuels effets indésirables des traitements, ou pour dépister une récidive.

Ce suivi médical repose sur :

  • un examen clinique ;
  • le dosage de l’alpha-fœtoprotéine (s’il était initialement élevé) au moyen d’une prise de sang ;
  • des examens d’imagerie médicale (IRM ou scanner du foie).

À titre indicatif, ces examens s’effectuent généralement tous les trois mois pendant un ou deux ans, puis tous les quatre à six mois pendant toute la vie.

Les consultations de suivi après une greffe du foie se font dans le centre de transplantation. Ces consultations ont pour objectif de suivre l’évolution du foie greffé et les complications du traitement anti-rejet. Le calendrier de ces consultations peut varier d’un centre à l’autre.

Pour en savoir plus sur le cancer du foie

L’Institut national du cancer (INCa) publie des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Consultez le guide sur le cancer du foie.

Actualités

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019

80 % des syndromes de Takotsubo (syndrome du cœur brisé) touchent les femmes de plus de 50 ans (illustration).

Syndrome du cœur brisé (de Takotsubo) : publication d'un consensus d’experts, mais des questions demeurent

Le test Immunoscore prédit la progression du cancer du côlon en mesurant la présence de lymphocytes CD3 et CD8 cytotoxiques dans et autour de la tumeur (illustration).

Cancer du côlon : efficacité confirmée du test Immunoscore pour évaluer le risque de récidive après chirurgie