Les causes et la prévention des cancers des VADS

Mis à jour : Jeudi 23 Juillet 2020

Quelles sont les causes des cancers du nez, de la bouche et de la gorge ?

Le tabac et l’alcool sont responsables de la quasi-totalité des cancers des VADS en France. D’autres causes ont été identifiées :

  • l’infection de la gorge par le HPV (Human PapillomaVirus), le virus responsable du cancer du col de l’utérus ;
  • certaines substances chimiques comme les nitrosamines (conservateurs des salaisons et des fumaisons), les tanins contenus dans la poussière de bois, le nickel, le formaldéhyde, etc. ;
  • les blessures ou brûlures répétées des muqueuses, par exemple par une prothèse dentaire mal adaptée ou par une forte consommation de boissons trop chaudes.

Les personnes d’origine chinoise (en particulier de la région de Canton), antillaises ou maghrébines ont un risque plus élevé de développer un cancer de la partie haute de la gorge (nasopharynx) en cas d’exposition à des substances cancérigènes pendant l’enfance ou d’infection chronique par le virus d’Epstein-Barr (EBV, responsable de la mononucléose).

Peut-on prévenir les cancers du nez, de la bouche et de la gorge ?

Les mesures de prévention des cancers des VADS sont avant tout :

  • ne pas fumer ;
  • limiter le plus possible sa consommation de boissons alcoolisées.

De plus, les mesures générales de prévention des cancers s’appliquent :

  • adopter une alimentation équilibrée et lutter contre l’embonpoint ;
  • pratiquer régulièrement une activité physique.

Enfin, une bonne hygiène buccodentaire et des visites régulières chez le dentiste peuvent également contribuer à prévenir les cancers du nez, de la bouche et de la gorge.

Actualités

Les tests salivaires sont plus simples, moins désagréables, mais moins fiables (illustration).

COVID-19 : la HAS favorable aux tests salivaires, uniquement en présence de symptômes

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif