En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Cancer de l'ovaire

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Le cancer de l'ovaire représente la septième cause de cancer féminin avec environ 4 400 nouveaux cas chaque année en France. Il est fréquemment diagnostiqué à un stade avancé, ce qui rend difficile son traitement. Lorsque cela est possible, le cancer de l'ovaire est traité par une chirurgie associée à un traitement par chimiothérapie. Les cancers non opérables sont traités par chimiothérapie.

Qu'est-ce que le cancer de l'ovaire ?

femme 65 ans

Dans plus de 90 % des cas, le cancer de l’ovaire se développe à partir des cellules qui forment la couche externe de l’ovaire (l’épithélium), sur un ou sur les deux ovaires. On parle alors d’adénocarcinome. Ces cancers évoluent plus ou moins rapidement selon le type de cellules cancéreuses présentes.

D’autres formes plus rares de cancer de l’ovaire existent et exigent un traitement particulier, différent de celui des adénocarcinomes. Par exemple :

  • les cancers des cellules folliculaires (celles qui se transforment en ovules) : ces tumeurs peuvent être observées chez les jeunes femmes, voire les fillettes.
  • les cancers des cellules du stroma (celles qui se trouvent entre les cellules folliculaires).
  • les tumeurs dites « frontières » ou « borderline » qui sont à mi-chemin entre la tumeur bénigne (non cancéreuse) et la tumeur maligne (cancéreuse).

Parce qu’ils demeurent longtemps sans symptômes, les cancers de l’ovaire sont diagnostiqués à un stade tardif dans la très grande majorité des cas. Leur traitement est donc souvent difficile.

Qu'est-ce que l'ovaire ?
Les ovaires sont deux organes de la taille d’une amande situés de part et d’autre de l’utérus. Ils produisent les hormones féminines (estrogènes et progestérone) et contiennent les cellules folliculaires. Au cours de chaque cycle menstruel, une (parfois plusieurs) cellule folliculaire mature et libère un ovule dans les trompes de Fallope (utérus). Les cellules folliculaires sont soutenues par un tissu fibreux, le stroma. L’ovaire est entouré d’une fine couche de cellules, l’épithélium, et d’une capsule fibreuse.

Le cancer de l'ovaire est-il une maladie fréquente ?

En France, environ 4 400 nouveaux cas de cancer de l’ovaire sont diagnostiqués chaque année, occasionnant à peu près 3 000 décès, ce qui en fait la quatrième cause de décès par cancer chez la femme, après les cancers du sein, du côlon et du poumon. L’âge moyen au moment du diagnostic est de 65 ans.

Les kystes de l'ovaire
Les tumeurs bénignes de l'ovaire, également appelées kystes, sont très fréquentes. Les kystes ovariens sont de deux types : fonctionnels et organiques. Les kystes fonctionnels régressent spontanément et leur présence ne favoriserait pas un cancer de l'ovaire. Les kystes organiques peuvent devenir très volumineux et, dans de rares cas, évoluer vers un cancer de l'ovaire.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères