En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La chirurgie dans le traitement du cancer de l'ovaire

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

La chirurgie dans le cancer de l'ovaire

chirurgie

La chirurgie est le traitement le plus souvent proposé contre le cancer de l’ovaire, afin de procéder à l’ablation de la tumeur. Au cours de l’intervention, le chirurgien retire habituellement les deux ovaires, les trompes de Fallope ainsi que l’utérus. Cette intervention porte le nom d’hystérectomie abdominale totale et salpingo-ovariectomie.

Si le cancer est traité à un stade précoce, le chirurgien prélève également un ensemble de tissus environnants vers lesquels les cellules cancéreuses ont pu migrer (péritoine, ganglions, etc.). Si le cancer est à un stade plus avancé et a atteint d’autres organes de l’abdomen, notamment des organes digestifs comme le côlon ou le rectum, ceux-ci sont également retirés lors de l’intervention.

Chez les jeunes femmes qui souhaitent avoir des enfants et dont le cancer n’a pas dépassé le stade IA de grade 1, le chirurgien peut laisser un ovaire et sa trompe de Fallope, ainsi que l’utérus.

Chez la femme non ménopausée, l’ablation des deux ovaires provoque une ménopause dont les symptômes sont plus importants que si celle-ci s’était déclenchée naturellement : bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, sécheresse vaginale et perte de désir sexuel. La patiente ne plus avoir d’enfant.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité