En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Dépistage et diagnostic du cancer de l'ovaire

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Peut-on dépister le cancer de l'ovaire ?

Il n’existe pas de test de dépistage systématique du cancer de l’ovaire.

Actuellement, le dépistage comportant une échographie intravaginale et un dosage de marqueur tumoral n'est pas recommandé. En effet, une étude réalisée aux États-Unis sur un échantillon de plus de 78 000 femmes a montré que la mortalité par cancer de l'ovaire est la même entre le groupe des femmes ayant eu un dépistage systématique et celui des femmes non dépistées. De plus, un cancer de l'ovaire a été dépisté à tort chez 10 % des femmes incluses dans le groupe de dépistage.

Comment diagnostique-t-on le cancer de l'ovaire ?

Lorsque le médecin suspecte la présence d’un cancer de l’ovaire, divers examens sont pratiqués pour confirmer le diagnostic :

  • une échographie de l’abdomen soit à travers la peau du ventre, soit par une petite sonde placée dans le vagin ;
  • une IRM.

S’il suspecte que le cancer de l’ovaire a déjà envahi les organes voisins, il peut faire pratiquer un scanner (tomodensitométrie) ou une scintigraphie osseuse.

De plus, une prise de sang est faite pour mesurer la présence de substances particulières, les marqueurs tumoraux. Dans le cadre du cancer de l’ovaire, un marqueur appelé CA-125 est systématiquement recherché.

Le diagnostic définitif de cancer de l’ovaire doit être confirmé par une biopsie (le prélèvement d’un petit fragment de tumeur pour l’examiner au microscope). Cette biopsie peut être pratiquée soit à travers la peau du ventre avec anesthésie locale (cœlioscopie), soit lors d’une intervention chirurgicale de l’abdomen (laparotomie).

Si la patiente est âgée de moins de 70 ans, le diagnostic d’un cancer de l’ovaire conduit à une consultation d’oncogénétique pour essayer d’identifier des facteurs génétiques de prédisposition familiale.

Les différents stades et grades du cancer de l'ovaire

Pour déterminer le traitement le mieux adapté, il est nécessaire de distinguer les cancers de l’ovaire selon leur stade (leur degré de dissémination dans le corps) et leur grade (leur capacité à évoluer rapidement et à envahir d’autres organes).

Les stades du cancer de l'ovaire

Le stade d’évolution d’un cancer correspond à son degré d’extension dans le corps. Un cancer de stade précoce correspond à un cancer localisé, tandis qu’un cancer de stade avancé correspond à un cancer qui s’est étendu à plusieurs organes.

En fonction des résultats des examens complémentaires, le médecin peut déterminer le stade d’évolution du cancer de l’ovaire (ce qui conditionne son pronostic et son traitement). Pour cela, il prend en compte :

  • la localisation précise de la tumeur et son étendue ;
  • l’atteinte éventuelle des organes voisins, du péritoine et des ganglions lymphatiques du bassin et la taille de ces métastases ;
  • la présence éventuelle de métastases dans d’autres parties du corps.

En fonction de ces différents critères, le cancer de l’ovaire est ensuite classé selon l’un des quatre stades définis par la Fédération internationale de gynécologie obstétrique (FIGO), numérotés de I à IV (stades I et II : stades dits « précoces » ; stades III et IV : stades dits « avancés »). Chaque stade est divisé en plusieurs sous-stades (A, B ou C) qui précisent l’étendue du cancer.

Stade I - Le cancer est limité aux ovaires.

  • Stade IA : le cancer est limité à un seul ovaire et reste contenu à l’intérieur de la capsule ;
  • Stade IB : le cancer atteint les deux ovaires et reste contenu à l’intérieur de la capsule ;
  • Stade IC : le cancer touche un ou les deux ovaires, mais la tumeur peut avoir traversé la capsule ou s'être propagée à la surface de l'ovaire. Des cellules cancéreuses sont retrouvées dans le liquide qui baigne les organes de l’abdomen.

Stade II - La tumeur est étendue aux organes du bassin.

  • Stade IIA : la tumeur s'est propagée à l'utérus ou aux trompes de Fallope. On ne retrouve pas de cellules cancéreuses dans le liquide de l’abdomen.
  • Stade IIB : la tumeur s'est propagée à d'autres organes de l’abdomen (vessie, rectum). On ne retrouve pas de cellules cancéreuses dans le liquide de l’abdomen.
  • Stade IIC : la tumeur s'est propagée aux organes voisins (comme pour les stades IIa ou IIb) et on retrouve des cellules cancéreuses dans le liquide abdominal.

Stade III - La tumeur s’est étendue au péritoine ou aux ganglions lymphatiques situés dans le bassin.

  • Stade IIIA : des métastases microscopiques sont découvertes sur le péritoine lors de l’analyse réalisée après la chirurgie ou après une biopsie.
  • Stade IIIB : les métastases du péritoine mesurent jusqu’à deux centimètres de diamètre, mais aucun ganglion pelvien n’est atteint.
  • Stade IIIC : certaines métastases du péritoine mesurent plus de deux centimètres et/ou le cancer s’est propagé aux ganglions du bas de l’abdomen.

Stade IV - Le cancer s'est propagé vers des organes éloignés : la plèvre (l’enveloppe des poumons) ou le foie.

Dans 75 % de cas, les cancers de l’ovaire sont diagnostiqués aux stades IIIB, IIIC et IV.

Les grades du cancer de l'ovaire

Le grade du cancer de l’ovaire correspond à son degré de malignité (son « agressivité ») : plus les cellules cancéreuses se multiplient rapidement et sont différentes des cellules normales, plus elles sont dites « agressives ». Le grade est mesuré en analysant au microscope de cellules cancéreuses prélevées lors de la chirurgie ou lors d’une biopsie.

Pour le cancer de l’ovaire, il existe trois grades, numérotés de 1 à 3 :

  • le grade 1 correspond aux tumeurs les moins agressives, qui se développent lentement et dont les cellules ressemblent le plus aux cellules normales ;
  • le grade 2 est un grade intermédiaire ;
  • le grade 3 correspond aux tumeurs qui se développent rapidement et présentent un risque élevé de se disséminer dans d’autres parties du corps.

Le grade du cancer de l’ovaire est déterminant pour le choix d’un traitement complémentaire après la chirurgie, en particulier lorsque le cancer est découvert à un stade précoce.

Actualités

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures

Les arrêts cardiaques pendant ou juste après l'amour restent rares (illustration).

Arrêt cardiaque lié à l’acte sexuel : peu fréquent mais de mauvais pronostic malgré la présence d’un