En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Symptômes et évolution du cancer de l'ovaire

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Quels sont les symptômes du cancer de l'ovaire ?

Pendant les premiers mois de la maladie, le cancer de l’ovaire passe inaperçu. Lorsque la tumeur progresse et devient volumineuse (et que des organes voisins sont touchés), le cancer de l’ovaire peut provoquer :

  • des maux de ventre, une gêne abdominale (sensation d’estomac plein, ballonnements, digestion difficile, gaz, etc.) ou une constipation qui dure plus d’un mois ;
  • un besoin d’uriner anormalement fréquent ;
  • des douleurs pendant les relations sexuelles ;
  • des troubles des règles ou des saignements génitaux anormaux ;
  • une perte de poids massive et rapide, sans cause identifiable ;
  • une perte d’appétit, avec des nausées et des vomissements ;
  • une fatigue intense.

Comment évolue le cancer de l'ovaire ?

En l’absence de traitement, les cellules cancéreuses vont former une tumeur volumineuse qui va fracturer la capsule fibreuse qui entoure l’ovaire. Les cellules cancéreuses peuvent alors envahir les organes voisins (l’autre ovaire, les trompes de Fallope, l’utérus, la vessie, le rectum) : c’est « l’extension pelvienne » de la tumeur.

Les cellules cancéreuses peuvent ensuite migrer dans les ganglions lymphatiques qui drainent la partie basse de l'abdomen, ainsi que dans les membranes qui enveloppent les organes abdominaux (le péritoine). Ces cellules vont ensuite aller s'installer et se multiplier dans d'autres organes. Ces tumeurs secondaires sont appelées « métastases ».

Aujourd’hui, en France, environ 45 % des femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire survivent cinq ans après le diagnostic.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?