En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Symptômes et évolution du cancer de l'ovaire

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Quels sont les symptômes du cancer de l'ovaire ?

Pendant les premiers mois de la maladie, le cancer de l’ovaire passe inaperçu. Lorsque la tumeur progresse et devient volumineuse (et que des organes voisins sont touchés), le cancer de l’ovaire peut provoquer :

  • des maux de ventre, une gêne abdominale (sensation d’estomac plein, ballonnements, digestion difficile, gaz, etc.) ou une constipation qui dure plus d’un mois ;
  • un besoin d’uriner anormalement fréquent ;
  • des douleurs pendant les relations sexuelles ;
  • des troubles des règles ou des saignements génitaux anormaux ;
  • une perte de poids massive et rapide, sans cause identifiable ;
  • une perte d’appétit, avec des nausées et des vomissements ;
  • une fatigue intense.

Comment évolue le cancer de l'ovaire ?

En l’absence de traitement, les cellules cancéreuses vont former une tumeur volumineuse qui va fracturer la capsule fibreuse qui entoure l’ovaire. Les cellules cancéreuses peuvent alors envahir les organes voisins (l’autre ovaire, les trompes de Fallope, l’utérus, la vessie, le rectum) : c’est « l’extension pelvienne » de la tumeur.

Les cellules cancéreuses peuvent ensuite migrer dans les ganglions lymphatiques qui drainent la partie basse de l'abdomen, ainsi que dans les membranes qui enveloppent les organes abdominaux (le péritoine). Ces cellules vont ensuite aller s'installer et se multiplier dans d'autres organes. Ces tumeurs secondaires sont appelées « métastases ».

Aujourd’hui, en France, environ 45 % des femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire survivent cinq ans après le diagnostic.

Actualités

Le pic épidémique de la griippe 2017 - 2018 est probablement atteint et dépassé (source : Agence Santé Publique France).

Surveillance de l'épidémie de grippe : pic probablement dépassé, souche A/H1N1 prédominante en France

Les nourrissons de 0 à 18 mois, nés après le 1er janvier 2018, devront être à jour du nouveau calendrier vaccinal comportant 11 valences pour pouvoir entrer en collectivité (illustration).

Obligation vaccinale des nourrissons en pratique : 10 injections, 6 consultations, 14 vaccins disponibles

L'usage à visée esthétique de concentrés plaquettaires autologues (CPA) est interdit en France (illustration).

Concentrés plaquettaires autologues : l'ANSM rappelle leur interdiction en injection à visée esthétique