Cancer du poumon

Mis à jour : Lundi 10 Février 2020

Qu’est-ce que le cancer du poumon ?

schéma du cancer du poumon

Le cancer du poumon est la première cause de décès par cancer. Le tabagisme en est la cause dans 80 à 90 % des cas. Il existe essentiellement deux types de cancer du poumon, de gravité variable. Dans la très grande majorité des cas, ce sont des cancers des cellules de la paroi des bronches. Dans 67 % des cas, le cancer du poumon touche les hommes. Mais le nombre de cancers du poumon augmente régulièrement chez les femmes : 3 fois plus de cas par an et par habitante en 20 ans. Ces statistiques reflètent celles de la consommation du tabac chez les femmes.

Les différents types de cancer du poumon

Les « cancers du poumon » sont également nommés cancers bronchiques ou cancer des bronches. En effet, dans la très grande majorité des cas, les cancers dits du poumon sont issus des cellules de la paroi des bronches et des bronchioles, les conduits qui permettent à l’air de circuler dans les poumons. Les cancers des cellules des alvéoles (les petits sacs à l’extrémité des bronchioles où se fait l’échange de gaz avec le sang) restent rares, ainsi que ceux de l’enveloppe des poumons (la « plèvre »).

 

appareil respiratoire
Schéma de l'appareil respiratoire

 

On distingue deux types de cancer du poumon selon l’aspect microscopique des cellules qui en sont à l’origine.

Les cancers du poumon à petites cellules

Les cancers du poumon à petites cellules représentent environ 15 % des cancers du poumon et sont difficiles à soigner. Ces cancers du poumon évoluent rapidement et, lors de leur diagnostic, il est fréquent que des cellules cancéreuses se soient déjà disséminées dans le reste du corps pour former des métastases (des tumeurs secondaires). Dans 95 % des cas, les cancers du poumon à petites cellules sont liés au tabagisme.

Les cancers du poumon NON à petites cellules

Les cancers du poumon non à petites cellules représentent environ 85 % des cancers du poumon et se soignent plus facilement car ils se développent plus lentement. Ces cancers sont essentiellement de trois types :

  • les adénocarcinomes, qui représentent 40 % des cancers non à petites cellules, touchent parfois les alvéoles et sont un peu plus fréquents chez les non fumeurs et les femmes ;
  • les carcinomes épidermoïdes, qui représentent également 40 % des cancers non à petites cellules, touchent plutôt les grosses bronches et sont liés au tabagisme ;
  • les carcinomes à grandes cellules indifférenciées, qui représentent 20 % des cancers non à petites cellules, ont une croissance plus rapide que les deux autres types et sont liés au tabagisme dans 90 % des cas.

Les métastases d'autres cancers dans le poumon

Parfois, les tumeurs observées au niveau des poumons sont des tumeurs secondaires (métastases) d’un autre cancer dont les cellules se sont disséminées dans le sang et se sont multipliées dans le poumon. Dans ce cas, le traitement est celui du cancer à l’origine de ces métastases car les cellules qui les composent gardent les caractéristiques de l’organe dont elles sont issues.

Le cancer du poumon est-il une maladie fréquente ?

En France, le cancer du poumon est un cancer fréquent (quatrième cause de cancer) avec 49 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année et près de 29 000 décès par an.

Dans les trois quarts des cas, le cancer du poumon touche les hommes chez qui il est le deuxième cancer le plus fréquent, après celui de la prostate et avant celui du côlon. Mais cette prédominance masculine ne doit pas cacher le fait que le nombre de cancers du poumon augmente régulièrement chez les femmes (trois fois plus de cas par an et par habitante en vingt ans : il est devenu le troisième cancer le plus fréquent chez les Françaises après ceux du sein et du côlon), alors qu’il tend à diminuer chez les hommes. Ces statistiques reflètent celles de la consommation du tabac.

En France, l’âge moyen au moment du diagnostic du cancer du poumon est de 66 ans.

Actualités

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple

Syndromes atypiques : dépister la COVID-19 au moindre doute (illustration).

Avoir le réflexe dépistage de la COVID-19 face à des manifestations inhabituelles

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?