En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments du cancer du poumon

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Les traitements médicamenteux du cancer du poumon sont de deux types : la chimiothérapie anticancéreuse qui bloque la prolifération des cellules anormales, et les thérapies ciblées qui agissent sur certains récepteurs nécessaires à la croissance des cancers du poumon.

La chimiothérapie anticancéreuse dans le traitement du cancer du poumon

Dans le contexte du cancer du poumon, la chimiothérapie est prescrite dans tous les cas, à l’exception du stade Ia des cancers du poumon non à petites cellules. Le plus souvent, elle est mise en place après la chirurgie. Parfois, une chimiothérapie est administrée avant la chirurgie pour diminuer la taille de la tumeur et tester sa sensibilité à ce type de traitement.

En général, la chimiothérapie du cancer du poumon consiste en des séances de perfusion intraveineuse (les « cures ») espacées de une à quatre semaines selon les médicaments utilisés. Le traitement dure entre trois et quatre mois, voire plus longtemps. Le choix des médicaments utilisés est fonction des caractéristiques de la tumeur.

La pose d'une chambre implantable

Pour faciliter l’administration des cures intraveineuses, il peut être nécessaire de poser une chambre implantable (ou « Port-a-cath ») : un boitier-réservoir est placé sous la peau au niveau de la clavicule, connecté à un tube souple (un cathéter) qui délivre la chimiothérapie directement dans un gros vaisseau sanguin. Posée sous anesthésie locale ou pendant l’intervention destinée à retirer la tumeur, la chambre implantable évite les dommages qu’une perfusion intraveineuse « normale » provoquerait au niveau des veines du bras. Il suffit de piquer dans le boitier à travers la peau pour administrer la cure. À la fin du traitement, la chambre implantable est retirée sous anesthésie locale.

Les effets indésirables de la chimiothérapie du cancer du poumon

La chimiothérapie du cancer du poumon peut provoquer certains effets indésirables. Ces effets ne sont heureusement pas tous ressentis par les patients. Les médecins cherchent à prévenir ces effets indésirables à l’aide de traitements spécifiques, et à mieux les supporter lorsqu’ils surviennent.

Les principaux effets indésirables de la chimiothérapie peuvent être :

D’autres effets indésirables peuvent être également observés selon les molécules utilisées :

  • des irritations de la bouche (stomatite) ;
  • de la fatigue et une diminution de l’appétit;
  • un essoufflement et de la toux ;
  • des ongles des mains et des pieds qui noircissent ;
  • de la fièvre et des courbatures ;
  • des engourdissements ou des gonflements dans les mains et les pieds ;
  • des bourdonnements d’oreille, voire une baisse de l’audition ;
  • des règles irrégulières ou un arrêt des règles.

Certains de ces effets peuvent persister plusieurs mois après la fin de la chimiothérapie : fatigue, perte de l’audition, impuissance et baisse de la fertilité.

Les thérapies ciblées dans le traitement du cancer du poumon

Les thérapies ciblées sont des substances (erlotinib, bévacizumab, gefitinib) qui bloquent certains récepteurs de manière très spécifique et ralentissent la prolifération des cellules cancéreuses. Elles peuvent être administrées soit par voie orale (erlotinib, gefitinib), soit par voie intraveineuse toutes les deux à trois semaines (bévacizumab).

Ces médicaments sont utilisés dans le traitement des cancers non à petites cellules à un stade avancé.

Le bévacizumab (AVASTIN) bloque la croissance des petits vaisseaux sanguins à l’intérieur de la tumeur, la privant ainsi de l’oxygène et des nutriments nécessaires à sa croissance. Le bévacizumab peut entraîner un retard de cicatrisation des plaies et doit être arrêté en cas de chirurgie. Ses effets indésirables les plus fréquents sont l’hypertension artérielle, la fatigue, des diarrhées et des maux de ventre. Des effets indésirables plus graves ont également été observés : réactions allergiques, perforation du tube digestif, accidents thromboemboliques, hémorragies (notamment pulmonaires).

L’erlotinib (TARCEVA) et le gefitinib (IRESSA) inhibent une enzyme, la tyrosine kinase, indispensable à de nombreux récepteurs des membranes des cellules. Ils sont utilisés uniquement contre les cancers du poumon où le gène EGFR est activé (voir Diagnostic). Leurs effets indésirables les plus fréquents sont les diarrhées et des éruptions cutanées.

Actualités

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : la HAS publie un guide à destination des médecins généralistes.

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : un guide de la HAS pour les médecins généralistes

La campagne #MeToo, lancée en octobre 2017 suite à l'affaire Weinstein, vise à sensibiliser la société sur la fréquence et l'impact dévastateur du harcèlement et des agressions sexuelles.

Harcèlement sexuel et agressions sexuelles des femmes : étude des risques santé à long terme

Examen clinique de la glande thyroïde (illustration).

Hypothyroïdie fruste sans facteur de risque : 21 essais randomisés confirment l’inutilité d’un traitement