En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Cancer de la prostate

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

En France, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme. Il est le plus souvent diagnostiqué après 70 ans. D'évolution lente, ce cancer est de mieux en mieux soigné et représente, malgré sa fréquence, la quatrième cause de décès par cancer chez les Français. Son traitement repose sur la chirurgie (pour enlever la prostate), la radiothérapie et la prescription de médicaments destinés à neutraliser la sécrétion ou les effets de la testostérone.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate ?

couple senior

Le cancer de la prostate se traduit par la présence de cellules anormales qui se multiplient de façon incontrôlée dans la prostate. Selon le stade d’évolution du cancer, ces cellules peuvent rester dans la prostate ou envahir les ganglions avoisinants, voire d’autres organes.

Environ 95 % des cancers de la prostate naissent dans la partie de la prostate située contre le rectum (zone périphérique) à partir des cellules qui sécrètent le liquide séminal (le liquide qui constitue la base du sperme) : ces cancers sont appelés « adénocarcinomes de la prostate ». Ces cellules sont sensibles aux hormones sexuelles (testostérone) et les cancers qui en sont issus le sont aussi, ce qui explique l’utilisation de médicaments qui bloquent l’action de la testostérone pour les traiter.

Il existe des formes rares de cancer de la prostate qui ne sont pas des adénocarcinomes :

  • le carcinome à cellules transitionnelles, qui affecte la couche superficielle de la prostate et provient le plus souvent de la vessie ;
  • le sarcome de la prostate, un cancer des cellules musculaires de la prostate qui affecte plutôt les hommes âgés de 40 à 50 ans ;
  • les tumeurs indifférenciées à petites cellules, qui peuvent provoquer des malaises et de la confusion mentale ;
  • parfois, la prostate est envahie par un cancer des globules blancs (leucémie, lymphome non hodgkinien, maladie de Hodgkin).

Les adénocarcinomes de la prostate ne doivent pas être confondus avec l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP ou « adénome de la prostate »), une maladie qui touche la quasi-totalité des hommes de plus de 70 ans et qui correspond à une augmentation du volume de la prostate. L’HBP affecte la partie centrale de la prostate (zone transitionnelle) et n’évolue pas en cancer de la prostate.

La prostate, qu'est-ce que c'est ?
La prostate est une glande de la taille d’une noix qui entoure l’urètre, le canal par lequel l’urine sort de la vessie et par lequel le sperme passe lors de l’éjaculation. La prostate contient des cellules dites glandulaires qui sécrètent le liquide séminal, ainsi que des cellules musculaires qui jouent un rôle lors de l’éjaculation et pour contrôler le jet d’urine.

Le cancer de la prostate est-il une maladie fréquente ?

En France, le cancer de la prostate est le cancer le plus souvent diagnostiqué chez les hommes de plus de 50 ans avec plus de 71 000 cas par an, à l’origine d’un peu moins de 9 000 décès chaque année. L’âge moyen au moment du diagnostic est de 71 ans.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères