En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La chirurgie dans le traitement du cancer de la prostate

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Dans le contexte du traitement du cancer de la prostate, la chirurgie est employée pour enlever la prostate (« prostatectomie »), ainsi que, dans certains cas, les ganglions qui drainent la région atteinte (« curage axillaire »).

La prostatectomie dans le traitement du cancer de la prostate

opération chirurgicale

L’ablation de la prostate est pratiquée pour traiter les cancers de la prostate localisés à risque faible ou intermédiaire, voire ceux à risque élevé ou localement avancés. Cette intervention chirurgicale nécessite cinq à sept jours d’hospitalisation et peut se faire par une incision dans l’abdomen ou, rarement, au niveau du périnée (entre le scrotum et l’anus). Elle peut également être pratiquée à l’aide d’instruments insérés par de petites ouvertures dans l’abdomen (« cœlioscopie »).

Le chirurgien enlève la prostate et les vésicules séminales (glandes en forme de sac où le sperme est stocké). Parfois, il enlève les ganglions avoisinants (« curage ganglionnaire ») : un ganglion « témoin » peut être examiné au microscope pendant l’intervention pour savoir si le cancer a envahi les ganglions. Lorsque le cancer a envahi les tissus entourant la prostate, ces tissus sont également retirés, ce qui pourra entraîner certains effets indésirables, par exemple des troubles de l’érection.

Une sonde urinaire est posée et laissée en place cinq à dix jours, car le chirurgien refait la jonction entre la vessie et l’urètre (le canal qui conduit l’urine vers l’extérieur) une fois la prostate enlevée.

Les ultrasons focalisés de haute intensité
Une nouvelle technique non chirurgicale est en cours d’évaluation pour détruire la prostate lors de cancer localisé à faible risque. Cette technique (également appelée « Ablatherm ») utilise des ultrasons particuliers pour brûler la prostate fragment par fragment, grâce à une sonde spéciale insérée dans le rectum (mais sans brûler le rectum). Cette technique n’est pas sans complication : incontinence urinaire dans un tiers de cas et rétrécissement de l’urètre.

Les complications de la chirurgie du cancer de la prostate

Les complications de la chirurgie du cancer de la prostate sont essentiellement l’incontinence urinaire et les troubles de l’érection (impuissance).

L'incontinence urinaire après l'ablation de la prostate

Une fois la sonde urinaire enlevée, les personnes qui ont subi une prostatectomie souffrent d’incontinence urinaire du fait de l’absence de prostate et de son rôle habituel dans la rétention de l’urine. Cette incontinence est, dans la grande majorité des cas, temporaire. La personne opérée retrouve en quelques semaines le contrôle de ses émissions d’urine, en particulier la nuit. Par contre, il n’est pas rare que subsiste une incontinence d’effort (c’est-à-dire une fuite d’une petite quantité d’urine à la suite d’un effort physique).

Le traitement de cette incontinence d’effort fait appel à des techniques de rééducation des sphincters (les muscles qui contrôlent la fermeture de la vessie) et l’incontinence disparaît complètement en quelques mois, au plus une année. Moins de 3 % des hommes opérés continuent de souffrir de cette incontinence d’effort au-delà de la première année suivant la chirurgie.

Les troubles de l'érection après l'ablation de la prostate

Les nerfs et les vaisseaux sanguins qui contrôlent l’érection passent le long de la prostate, au sein de ce qu’on appelle les « bandelettes neurovasculaires ». Le chirurgien veille à ne pas endommager ces bandelettes en enlevant la prostate, mais l’inflammation qui suit l’intervention provoque fréquemment des troubles de l’érection temporaires dans les mois qui suivent la chirurgie.

Si le cancer a envahi les tissus voisins de la prostate, il peut être nécessaire d’enlever une ou les deux bandelettes. Si seule une bandelette a été enlevée, si le patient est relativement jeune, s’il avait des érections de bonne qualité avant l’intervention, ses chances de retrouver des érections de qualité sont plus élevées (chez un patient sur deux, voire plus fréquemment), mais cette récupération peut nécessiter une ou deux années.

Des traitements existent pour les hommes qui souffrent de troubles de l’érection après une ablation de la prostate. Cette complication est relativement fréquente et les urologues qui soignent le cancer de la prostate ont l’habitude d’aider leur patient à retrouver une vie sexuelle satisfaisante.

Qu'appelle-t-on orgasme sec ?
Lors de l'ablation de la prostate, les vésicules séminales sont enlevées avec la prostate. De ce fait, les hommes opérés n'éjaculent plus. Ils sont capables de ressentir un orgasme mais sans émission de sperme.

Actualités

L'isolement est un des facteurs de risque de dépression chez les personnes âgées (illustration).

Dépression chez les personnes âgées : quel diagnostic ? Quelle prise en charge ?

Levée de l’interdiction de soins funéraires pour les personnes infectées par le VIH/Sida ou une hépatite

Les cas de gonorrhée multirésistante aux antibiotiques de référence augmentent à travers le monde

Augmentation rapide des cas de gonorrhées multirésistantes aux antibiotiques couramment utilisés