En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement d'un cancer du rein

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Le suivi médical après le cancer du rein

Les personnes qui ont eu un cancer du rein sont régulièrement suivies pour détecter et traiter d’éventuels effets indésirables des traitements, ou pour dépister une récidive.

Ce suivi médical repose sur :

  • l’examen clinique du patient ;
  • une prise de sang pour évaluer le fonctionnement du rein restant (l’ablation élargie d’un rein augmente le risque d’insuffisance rénale chronique) ;
  • un scanner ou, éventuellement, une IRM pour rechercher des métastases ou une récidive.

D’autres examens complémentaires peuvent être réalisés en cas de symptômes.

Le calendrier de ce suivi médical varie selon le stade du cancer du rein au moment du diagnostic :

  • forme localisée peu étendue : une visite tous les ans pendant au moins cinq ans ;
  • forme localisée plus étendue : une visite tous les six mois les trois premières années, puis une fois par an pendant au moins cinq ans ;
  • forme métastatique : une visite tous les deux à trois mois.

Pour en savoir plus sur le cancer du rein

La Haute autorité de santé (HAS) et l'INCa publient des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Découvrez le guide consacré au cancer du rein.

Actualités

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures

Les arrêts cardiaques pendant ou juste après l'amour restent rares (illustration).

Arrêt cardiaque lié à l’acte sexuel : peu fréquent mais de mauvais pronostic malgré la présence d’un