En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Causes et prévention du myélome multiple

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Quels sont les causes et les facteurs de risque du myélome multiple ?

Aucune cause ou facteur de risque de myélome multiple n’a été formellement identifié, à l’exception de l’exposition accidentelle aux rayons ionisants (radioactivité). Des recherches sont actuellement menées pour identifier une éventuelle prédisposition familiale.

Qu’appelle-t-on MGUS ?
Fréquemment, l’apparition d’un myélome multiple est précédé par une phase sans symptômes pendant laquelle le taux sanguin d’immunoglobulines (anticorps) est anormalement élevé mais insuffisamment pour diagnostiquer un myélome multiple.
Cet état, appelé « gammapathie monoclonale de signification indéterminée » ou MGUS, peut durer toute la vie. Il est cent fois plus fréquent que le myélome multiple et s'observe chez 3 à 4 % des personnes de moins de 50 ans (6 % des personnes de plus de 70 ans).
Les personnes qui présentent un MGUS ont un risque de développer un myélome multiple dans le futur. Pour cette raison, elles font l’objet d’un suivi médical régulier pour dépister une éventuelle évolution.

Peut-on prévenir le myélome multiple ?

Aucune mesure de prévention ou de dépistage du myélome multiple n’a été identifiée à ce jour.

Actualités

La névralgie du trijumeau est plus fréquente chez les femmes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par des douleurs violentes, en général unilatérales, situées sur le territoire d\\\'une branche du nerf V (illustration).

Névralgie du trijumeau : premières recommandations françaises sur le diagnostic et la prise en charge

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations