En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Causes et prévention du myélome multiple

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Quels sont les causes et les facteurs de risque du myélome multiple ?

Aucune cause ou facteur de risque de myélome multiple n’a été formellement identifié, à l’exception de l’exposition accidentelle aux rayons ionisants (radioactivité). Des recherches sont actuellement menées pour identifier une éventuelle prédisposition familiale.

Qu’appelle-t-on MGUS ?
Fréquemment, l’apparition d’un myélome multiple est précédé par une phase sans symptômes pendant laquelle le taux sanguin d’immunoglobulines (anticorps) est anormalement élevé mais insuffisamment pour diagnostiquer un myélome multiple.
Cet état, appelé « gammapathie monoclonale de signification indéterminée » ou MGUS, peut durer toute la vie. Il est cent fois plus fréquent que le myélome multiple et s'observe chez 3 à 4 % des personnes de moins de 50 ans (6 % des personnes de plus de 70 ans).
Les personnes qui présentent un MGUS ont un risque de développer un myélome multiple dans le futur. Pour cette raison, elles font l’objet d’un suivi médical régulier pour dépister une éventuelle évolution.

Peut-on prévenir le myélome multiple ?

Aucune mesure de prévention ou de dépistage du myélome multiple n’a été identifiée à ce jour.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité