En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic du myélome multiple

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Comment diagnostique-t-on le myélome multiple ?

analyse de sang

Souvent, la découverte d’un myélome multiple est faite fortuitement en analysant les résultats d’une prise de sang ou d’un examen radiologique demandé pour une autre raison. La présence d’un myélome multiple est suspectée lorsque la vitesse de sédimentation du sang est anormalement élevée (le sang est trop visqueux) sans signe d’inflammation (l’inflammation tend à épaissir le sang), ou lorsque la radiographie révèle des lésions des os évocatrices d’un myélome multiple.

Pour confirmer son diagnostic, le médecin prescrit deux examens complémentaires :

  • l’électrophorèse des protéines du sang ou des urines : cet examen permet de distinguer les différentes protéines présentes dans le sang ou les urines. En cas de myélome multiple, il révèle la présence extrêmement majoritaire d’un seul type d’immunoglobulines (anticorps) au détriment de tous les autres : c’est l’« immunoglobulie monoclonale ». Parfois, ce sont des fragments d’immunoglobulines qui sont observés, mais tous issus d’un seul type de plasmocyte, celui qui a subi la transformation cancéreuse.
  • l’examen microscopique des cellules de la moelle osseuse (« myélogramme ») : cet examen se fait à partir d’un prélèvement de moelle osseuse réalisé, sous anesthésie locale, au niveau du sternum ou de l’os de la hanche. En cas de myélome multiple, le myélogramme montre un nombre trop élevé de plasmocytes parmi les cellules qui composent la moelle osseuse.

Le diagnostic peut être complété par des radiographies ou un scanner/IRM des os, ou d’autres examens complémentaires adaptés aux symptômes observés : mesure des taux d’hémoglobine, de vitamine D et de calcium dans le sang, exploration du fonctionnement des reins, etc.

Actualités

L'étude Vican5 a été réalisée par l'Inserm et publiée le 20 juin 2018 sur le site de l'Inca.

VICAN5 : 5 ans après un diagnostic de cancer, 33 % des patients n’ont pas de suivi en médecine générale

Les troubles de l'érection sont associés à un risque cardiovasculaire deux fois plus élevé chez les hommes de plus de 60 ans (illustration).

Risque cardiovasculaire : nouvelles données favorables à une valeur prédictive de la dysfonction érectile

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019