En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les traitements du myélome multiple

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Comment soigne-t-on le myélome multiple ?

Le traitement du myélome multiple a pour objectif le soulagement des symptômes, ainsi que la prévention de son évolution et de ses complications. La guérison n’est pas possible avec les traitements actuels mais ceux-ci permettent le passage à l’état de maladie chronique.

Pour décider de l’opportunité d’un traitement, l’équipe soignante se fonde sur l’existence ou non de symptômes, et sur la présence ou non de quatre éléments : un taux sanguin de calcium trop élevé, une anémie, une insuffisance rénale aiguë et des atteintes osseuses.

Si aucun de ces éléments n’est présent, la prise en charge médicale la plus courante est la surveillance active, sans traitement, également appelée « abstention thérapeutique ». Chez les patients qui présentent un stade plus avancé, des médicaments de chimiothérapie sont prescrits. Chez les patients âgés de moins de 65 ans, il est également possible de pratiquer des greffes de cellules souches (« autogreffes »).

Comme pour les autres cancers, le traitement du myélome multiple repose sur un ensemble de protocoles codifiés qui sont adaptés aux particularités du patient. Il est administré dans des centres de lutte contre le cancer accrédités par l’Institut national du cancer (INCa).

La surveillance active des patients atteints de myélome multiple

Les patients chez lesquels le myélome multiple ne justifie pas de traitement font l’objet d’une surveillance médicale régulière pour dépister une éventuelle progression. Cette surveillance consiste en un examen clinique accompagné d’une prise de sang de contrôle, d’un bilan urinaire et de radiographies. Ces examens sont pratiqués tous les trois à six mois pour les prises de sang, et tous les six mois pour les radiographies. Ce suivi médical est également celui qui est appliqué aux personnes qui présentent un MGUS.

Les patients sous surveillance active doivent maintenir leurs vaccinations à jour, en particulier contre la grippe (tous les ans) et les infections à pneumocoques (tous les cinq ans).

Les précautions à prendre lorsqu'on est atteint de myélome multiple

Pour éviter les complications et les effets indésirables des traitements, les patients soignés pour un myélome multiple doivent :

  • veiller à boire suffisamment pour éviter une déshydratation qui augmenterait le risque d’insuffisance rénale ;
  • signaler systématiquement le fait d’être atteint de myélome multiple avant tout examen d‘imagerie médicale nécessitant l’injection de produits de contraste iodés ;
  • éviter de consulter un ostéopathe ou un chiropracteur sans avis médical ;
  • éviter les sports à risque et le port de charges lourdes ;
  • porter des bas de contention adaptés pour prévenir le risque de phlébite, notamment en cas de déplacement en avion ;
  • avoir une bonne hygiène de la bouche et des dents et consulter leur dentiste au moins une fois par an en cas de traitement par bisphosphonates ;
  • adapter leur régime alimentaire en cas de traitement par cortisone (limiter les apports en sel et en sucres) ;
  • ne pas prendre d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), par exemple l’ibuprofène, pour traiter la douleur ;
  • en cas de fièvre, de fatigue inhabituelle ou s’ils urinent plus fréquemment ou plus abondamment que d'habitude, consulter immédiatement leur médecin.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité