En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Cancer du sein

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme, avant ou après la ménopause. Sous le terme de cancer du sein sont regroupés plus d'une douzaine de cancer différents qui ont chacun leurs particularités en termes de pronostic et de traitement. Aujourd'hui, la prise en charge des cancers du sein est efficace et environ 85 % des femmes atteintes en guérissent.

Qu'est-ce que le cancer du sein ?

Le terme « cancer du sein » correspond à la présence de cellules anormales dans un sein, cellules qui se multiplient de façon anarchique pour former une tumeur maligne (un « carcinome »). Selon le type de cancer du sein, ces cellules peuvent rester confinées dans le sein ou migrer vers les ganglions avoisinants, voire le reste du corps (métastases).

Comprendre l'anatomie du sein
Un sein contient divers types de tissus :
  • les glandes, formées de petits « sacs » (les lobules) où se trouvent les cellules productrices de lait pendant l’allaitement ;
  • des canaux de lactation, qui font communiquer les lobules avec le mamelon pour permettre le passage du lait ;
  • de la graisse, pour soutenir lobules et canaux,
  • de la peau qui enveloppe le tout.

Les cellules du sein sont sensibles aux hormones sexuelles (estrogènes et progestérone, produits par les ovaires, les glandes surrénales et le tissu graisseux) ainsi qu’à d’autres hormones, par exemple la prolactine sécrétée par le cerveau. Les seins sont parcourus par des vaisseaux et des ganglions lymphatiques, qui participent à la protection de l’organisme contre les infections.

coupe d'un sein
Anatomie du sein

Selon le type de cellules à l’origine du cancer, et selon l’aspect de la tumeur, on distingue différents cancers du sein. Par exemple, un cancer du sein qui touche les cellules qui bordent les canaux sera dit « canalaire » et un cancer qui affecte les cellules des lobules sera dit « lobulaire ».

De plus, certains cancers du sein sont provoqués par des cellules cancéreuses dont la multiplication est favorisée par les hormones sexuelles féminines, les estrogènes. Ce sont les cancers du sein dits « hormonodépendants » ou « hormonosensibles ». En cas de sensibilité des cellules cancéreuses aux estrogènes, le médecin peut bloquer la croissance de la tumeur en supprimant ces hormones par le biais de médicaments adaptés.

Les cancers du sein non invasifs

On parle de cancer du sein « non invasif » ou « in situ » lorsque la tumeur reste dans le tissu d’origine et n’envahit pas les tissus voisins. Ces cancers sont plus facilement traités que les cancers qui envahissent les tissus voisins (« cancers invasifs », voir ci-dessous).

Dans 90 % des cas, les cancers du sein non invasifs sont de type canalaire (ils se forment à l’intérieur des canaux de lactation), les 10 % restants étant de type lobulaire.

La maladie de Paget du mamelon
La maladie de Paget du mamelon est un cancer non invasif des canaux les plus proches du mamelon. Elle se traduit par des lésions du mamelon ressemblant à de l'eczéma (rougeur, plaies, suintements, croûtes, etc.) qui ne guérissent pas. Le traitement de la maladie de Paget est chirurgical.

Les cancers du sein invasifs

Les cancers du sein sont dits « invasifs » ou « infiltrants » lorsque les cellules cancéreuses ne restent pas confinées à leur lieu d’origine et envahissent les tissus avoisinants, les ganglions locaux (dits « ganglions axillaires » et situés sous l’aisselle) et, parfois, le reste du corps. Ces cancers invasifs touchent essentiellement les canaux, rarement les lobules. Leur pronostic est moins bon que celui des cancers du sein non invasifs.

Les formes rares de cancer du sein invasif
Il existe plusieurs formes rares de cancer du sein invasif dont chacune ne représente pas plus de 1 à 2 % des cas. Ces cancers ont un meilleur pronostic que les cancers du sein canalaires invasifs les plus fréquents.
  • Le carcinome mucineux ou colloïde : ce cancer du sein se développe plutôt chez les femmes de 60 à 70 ans.
  • Le carcinome papillaire : ce cancer du sein n’est pas toujours invasif. Lorsqu’il l’est, il touche plutôt les femmes âgées.
  • Le carcinome médullaire : ce cancer du sein invasif est plutôt diagnostiqué chez les femmes de moins de 50 ans. Chez les femmes jeunes, sa présence fait suspecter une prédisposition génétique au cancer du sein.
  • Le carcinome tubuleux : ce cancer du sein invasif à tendance à être de petite taille et diagnostiqué chez les femmes de 55 ans et plus. Malgré sa nature invasive, il ne se propage que rarement hors du sein atteint.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes

En France, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes, avec environ 52 000 nouveaux cas chaque année. Il est responsable d’environ 11 500 décès par an. C’est en France le deuxième cancer le plus fréquent, après celui de la prostate. Le plus souvent, les cancers du sein sont diagnostiqués chez des femmes de plus de 50 ans.

Le cancer du sein représente un tiers des cancers diagnostiqués chez les femmes en France chaque année. On estime que, dans les pays industrialisés, une femme sur neuf sera atteinte de cancer du sein dans sa vie, toutes formes confondues. Si le nombre de cancers du sein a tendance à augmenter chaque année depuis trente ans, les progrès du dépistage et des traitements font que le taux de survie après un cancer du sein augmente également chaque année, sauf chez les femmes âgées de plus de 85 ans.

Les hommes peuvent également souffrir de cancer du sein, même s’ils représentent moins de 1 % des cas diagnostiqués.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères