En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic du cancer du sein

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Lorsque le médecin suspecte la présence d'un cancer du sein, il a recours à divers examens complémentaires : mammographie ou échographie du sein. Si les résultats de ces examens évoquent un éventuel cancer, il est alors nécessaire de pratiquer des prélèvements au niveau de la grosseur (« biopsie ») afin d'étudier l'aspect microscopique des cellules qui la constituent.

La biopsie percutanée dans le cancer du sein

La biopsie consiste à prélever des fragments de l’éventuelle tumeur à l’aide d’une aiguille, à travers la peau (biopsie dite « percutanée »). Cet examen est effectué par le médecin radiologue qui va guider son geste par les images obtenues à la mammographie, ainsi que par les images obtenues par échographie (et, éventuellement, par un ordinateur qui va calculer l’angle et la profondeur de l’implantation de l’aiguille).

Après anesthésie locale de la peau et de la zone où va pénétrer l’aiguille, le médecin pratique une petite incision et utilise l’aiguille pour pénétrer jusqu’à la grosseur et prélever de dix à vingt petits fragments qui seront analysés au laboratoire. Il peut également profiter de cette intervention pour placer un « clip de repérage » (une petite agrafe métallique qui sera facile à repérer lors d’une future intervention chirurgicale de traitement). Ce clip est relié à un fil métallique très fin qui sort de la peau et reste protégé par un pansement. L’incision est refermée et ne laisse pas de cicatrice.

Les tests complémentaires après un diagnostic de cancer du sein

Après un diagnostic de cancer du sein, une grande variété d’examens complémentaires sont pratiqués, dont certains sont particuliers à cette maladie. Certaines caractéristiques de la tumeur diagnostiquée vont en effet permettre d’orienter le traitement.

La recherche des récepteurs hormonaux dans le cancer du sein

laboratoire analyse

Cet examen complémentaire cherche à savoir si les cellules de la tumeur ont des récepteurs hormonaux qui les rendent sensibles à la présence d’hormones sexuelles (estrogènes et progestérone) pour se multiplier : dans ce cas, le cancer du sein est dit « hormonodépendant » ou « hormonosensible ». La recherche des récepteurs hormonaux se fait au microscope sur les cellules prélevées par biopsie.

Les cancers du sein hormonodépendants sont plus fréquemment observés après la ménopause et ils sont de meilleur pronostic. Ils peuvent être traités avec des médicaments qui ont une action antihormonale, principalement antiestrogène (hormonothérapie).

La recherche de l'activation du gène HER2 dans le cancer du sein

Le gène HER2 code pour un récepteur de la membrane des cellules appelé « Récepteur 2 du Facteur de croissance épidermique humain ». Une activation de ce gène dans les cellules du cancer du sein est le signe d’une capacité de croissance importante. Cette activation est retrouvée chez environ 20 à 30 % des cancers du sein invasifs. Les cancers du sein dits « HER2 positifs » requièrent un traitement particulier.

L'étude du profil génétique de la patiente atteinte de cancer du sein

Chez une patiente atteinte de cancer du sein âgée de moins de 40 ans, le médecin peut faire effectuer une recherche de mutation sur les gènes identifiés comme augmentant le risque de cancer du sein, en particulier les gènes BRCA 1 et 2. Cette recherche, si elle confirme cette prédisposition génétique, pourra servir à prévenir ce type de cancer chez d’autres membres de la famille de la patiente, en les alertant sur l’importance d’un dépistage régulier.

Actualités

L'isolement est un des facteurs de risque de dépression chez les personnes âgées (illustration).

Dépression chez les personnes âgées : quel diagnostic ? Quelle prise en charge ?

Levée de l’interdiction de soins funéraires pour les personnes infectées par le VIH/Sida ou une hépatite

Les cas de gonorrhée multirésistante aux antibiotiques de référence augmentent à travers le monde

Augmentation rapide des cas de gonorrhées multirésistantes aux antibiotiques couramment utilisés