En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement du cancer de la thyroïde

Mis à jour : Mardi 18 Octobre 2016

Le suivi médical du cancer de la thyroïde

Les personnes qui ont été traitées contre un cancer de la thyroïde doivent faire l’objet d’un suivi médical régulier afin de dépister rapidement une éventuelle rechute.

Ce suivi consiste en un examen clinique, des examens d’imagerie médicale (échographie du cou, parfois scintigraphie) et des prises de sang pour mesurer les concentrations sanguines d’hormones thyroïdiennes, de thyréostimuline (TSH) ou de thyroglobuline et de ses anticorps (voir encadré).

Les consultations de suivi ont lieu à trois, six et douze mois après la fin du traitement, puis, si tout va bien, tous les ans pendant au moins dix ans, voire toute la vie pour les cancers médullaires liés à une prédisposition génétique.

Chez les personnes qui reçoivent des hormones thyroïdiennes à haute dose, des examens réguliers sont pratiqués pour dépister une éventuelle ostéoporose (chez les femmes ménopausées) ou des troubles du rythme cardiaque (chez les personnes âgées).

Le suivi de la thyroglobuline et de ses anticorps
La thyroglobuline est une protéine fabriquée par les cellules folliculaires de la thyroïde. Elle sert de précurseur aux hormones thyroïdiennes. Lors de cancer folliculaire de la thyroïde, les cellules cancéreuses produisent de grandes quantités de thyroglobuline qui se retrouvent dans le sang.
Le suivi de la concentration de thyroglobuline dans le sang permet de dépister la présence de cellules folliculaires qui seraient restées dans le corps malgré le traitement : normalement, cette concentration diminue progressivement jusqu’à devenir indétectable.
Pour être encore plus certain de la disparition des cellules folliculaires, le médecin fait mesurer les anticorps de la thyroglobuline (des anticorps produits par le système immunitaire en présence de thyroglobuline, même lorsque celle-ci est présente en quantités infinitésimales). Si le traitement a été efficace, la concentration sanguine de ces anticorps va diminuer tout au long de la première année de suivi pour disparaître complètement au bout de deux à trois ans.

Pour en savoir plus sur le cancer de la thyroïde

L’Institut national du cancer (INCa) publie des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Celui consacré au cancer de la thyroïde est ici.

Actualités

Aliments riches en vitamine D (illustration).

Intérêt des suppléments de vitamine D pendant la grossesse : résultats d’une vaste étude en double aveugle

Le travail collectif de six équipes de professionnels de santé, administratifs et institutionnels a été rendu public le 18 septembre 2018.

Ma santé 2022 : principales mesures, focus sur la qualité et la pertinence des soins et la e-santé

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques