En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Cancer de la vessie

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Dans la vaste majorité des cas, les cancers de la vessie peuvent être guéris, même s'ils présentent une forte tendance à récidiver. Les cancers de la vessie représentent environ 10 000 nouveaux cas chaque année en France. La chirurgie en est le traitement principal, souvent en association avec une chimiothérapie locale, voire une immunothérapie.

Qu'appelle-t-on cancer de la vessie ?

schéma de vessie

Les cancers de la vessie regroupent des tumeurs qui naissent sur la paroi interne de la vessie, du fait d’une transformation cancéreuse des cellules qui composent la muqueuse (voir encadré ci-dessous). Le plus souvent, le cancer de la vessie est diagnostiqué tôt, avant que les cellules cancéreuses envahissent la partie musculeuse de la vessie ou les organes environnants.

Qu'est-ce que la vessie ?
La vessie est l'organe qui accumule l'urine avant que celle-ci soit éliminée (cette élimination est appelée « miction »). Elle reçoit l'urine qui arrive de façon continue des reins par les uretères et se vide par l'urètre, le canal qui la fait communiquer avec l'extérieur du corps.
La paroi interne de la vessie est constituée d'une couche de cellules dites « transitionnelles » qui forme ce que l'on appelle la « muqueuse ». Derrière la muqueuse se trouve une couche dite « musculeuse » qui contient les fibres musculaires qui permettent la contraction de la vessie au moment de la miction.

Les différents types de cancer de la vessie

Dans la très grande majorité des cas, les cancers de la vessie sont des cancers des cellules dites « transitionnelles », à la surface de la paroi interne de la vessie. Plus rarement, il arrive que d’autres types de cellules soient à l’origine du cancer de la vessie : cancer épidermoïde ou malpighien (environ 6 % des cas), adénocarcinome (environ 2 % des cas) ou cancer indifférencié (moins de 1 % des cas).

En cas de cancer « transitionnel », on distingue les tumeurs qui n’ont pas envahi la couche musculeuse (« tumeur de la vessie non infiltrante du muscle », TVNIM) et celles, plus avancées, qui ont déjà infiltré le muscle ou les organes voisins (« tumeur de la vessie avec infiltration musculaire », TVIM). Les TVNIM sont plus faciles à traiter que les TVIM.

Les cancers de la vessie sont-ils fréquents ?

En France, en 2009, environ 10 700 cancers de la vessie ont été diagnostiqués. Les cancers de la vessie sont quatre fois plus fréquents chez les hommes et sont le plus souvent diagnostiqués autour de l’âge de 70 ans.

Le nombre de cancers de la vessie diminue progressivement, probablement du fait de la baisse du tabagisme et d’un meilleur contrôle de l’exposition professionnelle aux substances chimiques qui en favorisent sa survenue. Mais il semble être de plus en plus fréquent chez les femmes, en lien avec l’augmentation croissante du tabagisme dans la population féminine.

Actualités

L'isolement est un des facteurs de risque de dépression chez les personnes âgées (illustration).

Dépression chez les personnes âgées : quel diagnostic ? Quelle prise en charge ?

Levée de l’interdiction de soins funéraires pour les personnes infectées par le VIH/Sida ou une hépatite

Les cas de gonorrhée multirésistante aux antibiotiques de référence augmentent à travers le monde

Augmentation rapide des cas de gonorrhées multirésistantes aux antibiotiques couramment utilisés