En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les autres traitements des cancers de la vessie

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

La radiothérapie dans le traitement des cancers de la vessie

Dans le cadre du traitement des cancers de la vessie, la radiothérapie est plutôt utilisée chez les personnes pour lesquelles la chirurgie n’est pas envisageable, éventuellement associée à la chimiothérapie.

La radiothérapie des cancers de la vessie en pratique

La radiothérapie des cancers de la vessie se déroule le plus souvent sur une période de cinq à six semaines, à raison de cinq séances par semaine. Chaque séance dure environ un quart d’heure, dont quelques minutes d’exposition aux rayons.

Les effets indésirables de la radiothérapie des cancers de la vessie

Les séances de radiothérapie destinées à traiter les cancers de la vessie peuvent entraîner des effets indésirables :

  • des diarrhées ou de fausses envies d’aller à la selle ;
  • des envies d’uriner fréquentes ou soudaines et urgentes ;
  • des douleurs pendant les rapports sexuels (chez les femmes).

Ces effets indésirables peuvent également apparaître après la fin des séances de radiothérapie (jusqu’à trois mois après). Des traitements spécifiques peuvent être prescrits pour les soulager.

La chimiothérapie dans le traitement des cancers de la vessie

Dans le cadre du traitement des cancers de la vessie, une chimiothérapie intraveineuse est parfois administrée en particulier après la radiothérapie, pour éliminer d’éventuelles cellules cancéreuses restantes et réduire le risque de récidive. Cette chimiothérapie est systématique lorsque des métastases sont présentes dans les autres organes (foie, poumon, cerveau, etc.).

Les effets indésirables de la chimiothérapie des cancers de la vessie
Les effets indésirables des médicaments de chimiothérapie sont variables selon les substances prescrites. Le plus souvent, ce sont des nausées, des vomissements et des diarrhées, de la fatigue, une baisse du nombre de globules rouges et de globules blancs (à l’origine d’une anémie et d’une sensibilité plus grande aux infections), une toxicité pour les reins, des troubles nerveux (picotements, engourdissement, sensations de brûlure par exemple), des troubles de l’audition (bourdonnement d’oreilles ou baisse d’audition) ou la chute des cheveux et des poils.

Les autres traitements prescrits lors de cancer de la vessie

Certains traitements peuvent être prescrits pour réduire le risque de récidive du cancer de la vessie ou pour prévenir des complications de la chirurgie :

  • après l’intervention chirurgicale, des anticoagulants ainsi que des bas de contention sont prescrits pour éviter une phlébite ou une embolie pulmonaire ;
  • des substituts nicotiniques peuvent être prescrits pour aider le patient à cesser de fumer. L’arrêt du tabac est essentiel pour réduire le risque de récidive du cancer de la vessie.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité