En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement d'un cancer de la vessie

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Le suivi médical après un cancer de la vessie

Les personnes qui ont eu un cancer de la vessie sont régulièrement suivies pour dépister rapidement une récidive. Ce suivi médical dépend du stade auquel le cancer a été diagnostiqué et des traitements qui ont été administrés. Il dure au minimum cinq ans et repose sur des consultations régulières :

  • à trois, six et douze mois la première année ;
  • une ou deux fois par an ensuite.

Les consultations sont complétées par des examens complémentaires comme la cystoscopie, l’analyse des cellules présentes dans les urines, ou un scanner de la vessie.

Quand consulter après un cancer de la vessie ?
Chez les personnes qui ont eu un cancer de la vessie, la présence de sang dans les urines (ou toute sensation douloureuse au niveau de la vessie) doit systématiquement amener à consulter rapidement le médecin traitant.

Pour en savoir plus sur les cancers de la vessie

La Haute autorité de santé (HAS) et l'INCa publient des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Découvrez le guide consacré au cancer de la vessie.

Actualités

Les douleurs éprouvées par de nombreuses femmes pendant des rapports sexuels peuvent d'être d'origine physique et/ou psychologique (illustration).

Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge

La prescription prophylactique d'IPP augmente le risque de pneumonie et de diarrhée à clostridies en soins intensifs

IPP en prévention des saignements digestifs chez les patients hospitalisés : examen de leur utilité

Attaque d'une cellule cancéreuse (en vert) par deux lymphocytes T (en bleu) modifiés par une immunothérapie (illustration numérique).

Immunothérapie contre le cancer : prometteuse, mais "attention aux emballements" (The Lancet)