En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement d'un cancer de la vessie

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Le suivi médical après un cancer de la vessie

Les personnes qui ont eu un cancer de la vessie sont régulièrement suivies pour dépister rapidement une récidive. Ce suivi médical dépend du stade auquel le cancer a été diagnostiqué et des traitements qui ont été administrés. Il dure au minimum cinq ans et repose sur des consultations régulières :

  • à trois, six et douze mois la première année ;
  • une ou deux fois par an ensuite.

Les consultations sont complétées par des examens complémentaires comme la cystoscopie, l’analyse des cellules présentes dans les urines, ou un scanner de la vessie.

Quand consulter après un cancer de la vessie ?
Chez les personnes qui ont eu un cancer de la vessie, la présence de sang dans les urines (ou toute sensation douloureuse au niveau de la vessie) doit systématiquement amener à consulter rapidement le médecin traitant.

Pour en savoir plus sur les cancers de la vessie

La Haute autorité de santé (HAS) et l'INCa publient des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Découvrez le guide consacré au cancer de la vessie.

Actualités

Aliments riches en vitamine D (illustration).

Intérêt des suppléments de vitamine D pendant la grossesse : résultats d’une vaste étude en double aveugle

Le travail collectif de six équipes de professionnels de santé, administratifs et institutionnels a été rendu public le 18 septembre 2018.

Ma santé 2022 : principales mesures, focus sur la qualité et la pertinence des soins et la e-santé

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques