En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement d'un cancer de la vessie

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Le suivi médical après un cancer de la vessie

Les personnes qui ont eu un cancer de la vessie sont régulièrement suivies pour dépister rapidement une récidive. Ce suivi médical dépend du stade auquel le cancer a été diagnostiqué et des traitements qui ont été administrés. Il dure au minimum cinq ans et repose sur des consultations régulières :

  • à trois, six et douze mois la première année ;
  • une ou deux fois par an ensuite.

Les consultations sont complétées par des examens complémentaires comme la cystoscopie, l’analyse des cellules présentes dans les urines, ou un scanner de la vessie.

Quand consulter après un cancer de la vessie ?
Chez les personnes qui ont eu un cancer de la vessie, la présence de sang dans les urines (ou toute sensation douloureuse au niveau de la vessie) doit systématiquement amener à consulter rapidement le médecin traitant.

Pour en savoir plus sur les cancers de la vessie

La Haute autorité de santé (HAS) et l'INCa publient des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Découvrez le guide consacré au cancer de la vessie.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures