En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Symptômes et évolution des cancers de la vessie

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Quels sont les symptômes du cancer de la vessie ?

Dans 80 à 90 % des cas, le premier symptôme d’un cancer de la vessie est la présence de sang visible dans les urines, le plus souvent en fin de miction (juste avant de finir d’uriner). Dans environ 20 % des cas, le patient se plaint également de douleur en urinant, d’envies fréquentes d’uriner, de sensations de brûlures au niveau du pubis ou du périnée, de spasmes de la vessie ou de douleurs dans le bas du dos. Ces symptômes sont également ceux des infections urinaires (cystites), beaucoup plus fréquentes que les cancers de la vessie.

La phlébite, un signe à prendre en compte
Dans certains cas, le cancer de la vessie peut être responsable d'accident thromboembolique (phlébite, embolie pulmonaire). Le médecin peut donc être amené à rechercher un cancer de la vessie chez les personnes qui ont présenté ce type de maladie vasculaire.

Comment évoluent les cancers de la vessie ?

Dans 70 à 80 % des cas, les cancers de la vessie sont diagnostiqués alors que la tumeur n’a pas encore envahi la couche de fibres musculaires qui entourent la vessie. Sans traitement, la tumeur va se développer dans la paroi de la vessie et ensuite envahir les organes voisins de la vessie : ganglions, prostate, vésicules séminales, utérus, trompes de Fallope, ovaire, etc. Des cellules cancéreuses vont migrer dans la circulation sanguine jusqu’au foie, aux poumons, au cerveau, etc. Ce sont les métastases.

Avec un traitement approprié, le taux de survie cinq ans après le diagnostic de cancer de la vessie est de 80 à 90 % lorsque le cancer a été diagnostiqué au stade non invasif, et d’un peu moins de 50 % si la tumeur avait déjà envahi la couche musculeuse au moment du diagnostic.

Après guérison, le cancer de la vessie récidive fréquemment (dans 50 à 70 % des cas de tumeur de la vessie non invasive). Dans 10 à 30 % des cas de rechute, la tumeur a commencé à envahir la couche musculeuse de la paroi de la vessie lorsque la récidive est diagnostiquée. Pour dépister au plus tôt une éventuelle rechute, les personnes qui ont eu un cancer de la vessie sont suivies régulièrement et, ce, toute leur vie.

Les stades d'évolution du cancer de la vessie
En fonction du résultat des examens complémentaires, le médecin peut déterminer le stade d'évolution du cancer de la vessie. Pour cela, il utilise une classification dite « TNM » qui prend en compte les aspects de la tumeur de la vessie, la présence éventuelle de cellules cancéreuses dans les ganglions, et l'existence éventuelle de métastases. Cette classification de l'étendue et de la gravité du cancer permet à l'équipe médicale de choisir le traitement le plus approprié aux particularités de chaque patient.

Actualités

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : la HAS publie un guide à destination des médecins généralistes.

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : un guide de la HAS pour les médecins généralistes

La campagne #MeToo, lancée en octobre 2017 suite à l'affaire Weinstein, vise à sensibiliser la société sur la fréquence et l'impact dévastateur du harcèlement et des agressions sexuelles.

Harcèlement sexuel et agressions sexuelles des femmes : étude des risques santé à long terme

Examen clinique de la glande thyroïde (illustration).

Hypothyroïdie fruste sans facteur de risque : 21 essais randomisés confirment l’inutilité d’un traitement