En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement d'une leucémie lymphoïde chronique

Mis à jour : Jeudi 21 Septembre 2017

Le suivi médical après une leucémie lymphoïde chronique

Les personnes qui ont reçu un traitement contre la leucémie lymphoïde chronique font l’objet d’un suivi médical rapproché afin de dépister rapidement une éventuelle rechute. Ce suivi médical dure toute la vie.

Ce suivi consiste en une consultation au cours de laquelle un examen clinique et une prise de sang sont effectués. Ces consultations de suivi ont lieu tous les trois à six mois selon les particularités du patient, ainsi que lorsque le patient présente une infection, des saignements ou des signes d’anémie (fatigue et essoufflement à l’effort).

La régularité du suivi est essentielle pour dépister une reprise de la maladie, les premiers signes d’une complication ou un effet indésirable tardif des traitements.

Les signes qui doivent amener à consulter après un traitement contre la leucémie lymphoïde chronique

Certains symptômes doivent inciter les personnes qui ont reçu un traitement contre la leucémie lymphoïde chronique à contacter rapidement leur médecin :

  • une perte de poids non souhaitée supérieure à 10 % du poids total ;
  • des poussées de fièvre inexpliquées ;
  • des sueurs nocturnes ;
  • de la fatigue et/ou un essoufflement ;
  • des infections respiratoires, urinaires ou à répétition ;
  • des ganglions enflés ;
  • des ecchymoses (bleus) ou des saignements.

Pour en savoir plus sur la leucémie lymphoïde chronique

La Haute autorité de santé (HAS) publie des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Consultez le guide consacré à la leucémie lymphoïde chronique.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité