En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic des lymphomes

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Comment diagnostique-t-on les lymphomes ?

analyse de sang

Lorsque, à la suite de l’examen clinique, le médecin suspecte l’existence d’un lymphome, divers examens permettent de confirmer son diagnostic :

  • des examens sanguins (ils permettent de rechercher notamment la présence de signes d’inflammation ou d’atteinte d’autres organes) ;
  • une radiographie pour confirmer la présence de ganglions gonflés ;
  • un scanner et/ou un PET-Scan (tomographie par émission de positons) qui sont indispensables pour déterminer le nombre et la taille des ganglions touchés et évaluer le stade d’évolution du lymphome.

Ces examens suffisent généralement à diagnostiquer un lymphome. Cependant, le type de lymphome ne peut être défini qu’après une biopsie (un prélèvement de ganglion) et l’examen du prélèvement au microscope. Le ganglion est généralement prélevé au cours d’une petite intervention chirurgicale mais, dans les cas d’urgence, un prélèvement peut être fait à travers la peau avec une aiguille. Parfois, une biopsie de la moelle osseuse est également pratiquée.

L’examen microscopique de la biopsie permet d’identifier le type de cellules cancéreuses présentes. Par exemple, dans le cas de la maladie de Hodgkin, la présence de cellules particulières (cellules de Reed-Sternberg) confirment le diagnostic.

D’autres examens sont parfois pratiqués pour évaluer l’extension de la maladie et dépister d’éventuels problèmes, notamment cardiaques.

Peut-on dépister les lymphomes ?

Il n’existe pas de test de dépistage des lymphomes.

Actualités

L'étude Vican5 a été réalisée par l'Inserm et publiée le 20 juin 2018 sur le site de l'Inca.

VICAN5 : 5 ans après un diagnostic de cancer, 33 % des patients n’ont pas de suivi en médecine générale

Les troubles de l'érection sont associés à un risque cardiovasculaire deux fois plus élevé chez les hommes de plus de 60 ans (illustration).

Risque cardiovasculaire : nouvelles données favorables à une valeur prédictive de la dysfonction érectile

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019