En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Après le traitement d'un lymphome

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Quel suivi après le traitement d'un lymphome ?

Les personnes qui ont eu un lymphome font l’objet d’un suivi médical rapproché afin de dépister rapidement une éventuelle rechute.

Ce suivi consiste en des consultations tous les trois mois pendant deux ans, puis tous les six mois pendant trois ans, puis une fois par an. La première année de suivi, un scanner est effectué tous les six mois. Ensuite, le rythme dépend des facteurs de risque de rechute de chaque patient. D’autres examens sont également pratiqués comme, par exemple, un suivi de la thyroïde ou un examen du cœur (chez les personnes qui ont subi une radiothérapie du thorax, ou chez celles qui ont reçu certains médicaments de chimiothérapie potentiellement toxiques pour le cœur).

Les signes qui doivent amener à consulter après un lymphome

Certains symptômes doivent inciter les personnes qui ont eu un lymphome à contacter rapidement leur médecin :

  • des ganglions gonflés et non douloureux ;
  • des signes généraux comme, par exemple, de la fièvre pendant plus d’une semaine, des douleurs inhabituelles ou un amaigrissement ;
  • des difficultés à respirer ou des maux de ventre.

Pour en savoir plus sur les lymphomes

L’Institut national du cancer (INCa) publie des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Vous pouvez consulter le guide consacré aux lymphomes non hodgkiniens.

Actualités

L'isolement est un des facteurs de risque de dépression chez les personnes âgées (illustration).

Dépression chez les personnes âgées : quel diagnostic ? Quelle prise en charge ?

Levée de l’interdiction de soins funéraires pour les personnes infectées par le VIH/Sida ou une hépatite

Les cas de gonorrhée multirésistante aux antibiotiques de référence augmentent à travers le monde

Augmentation rapide des cas de gonorrhées multirésistantes aux antibiotiques couramment utilisés