En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La chirurgie dans le traitement du mélanome

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Dans le contexte du traitement du mélanome, la chirurgie est employée pour enlever la tumeur (« exérèse élargie ») ainsi que, dans certains cas, les ganglions qui drainent la région atteinte (« curage ganglionnaire »).

L'exérèse élargie des cancers de la peau

chirurgie d'un mélanome

Lorsque l’analyse microscopique de la lésion a confirmé sa nature cancéreuse, le dermatologue va de nouveau pratiquer une petite intervention au niveau de la peau qui entourait la tumeur. Sous anesthésie locale, il enlève davantage de peau saine (la quantité enlevée est fonction de la taille et de la nature de la tumeur) pour être certain de retirer d’éventuelles cellules cancéreuses à proximité de la tumeur.

Parfois, il arrive que la plaie ainsi formée soit trop étendue pour être refermée par des points de suture. Dans ce cas, plusieurs possibilités existent :

  • la pose d’un pansement spécial destiné à favoriser la cicatrisation de la plaie en quelques semaines (« cicatrisation dirigée »). Cette méthode est particulièrement adaptée aux plaies du nez, du front et de la face intérieure des cuisses.
  • le recouvrement de la plaie par un lambeau de peau voisin ;
  • la greffe d’un fragment de la peau du patient (« autogreffe ») pris ailleurs sur le corps.

Lorsque le mélanome touche un ongle, il est parfois nécessaire d’enlever une ou deux phalanges.

L'ablation des ganglions lymphatiques

Selon le stade du mélanome, le médecin peut estimer nécessaire de prélever un ou quelques ganglions les plus proches de la tumeur, pour rechercher des métastases : c’est le prélèvement du ganglion sentinelle. Si ce ganglion contient des cellules cancéreuses, le chirurgien enlèvera une grande partie des ganglions qui drainent la région : c’est le curage ganglionnaire destiné à éviter que des métastases partent des ganglions vers le reste du corps.

Actualités

L'étude Vican5 a été réalisée par l'Inserm et publiée le 20 juin 2018 sur le site de l'Inca.

VICAN5 : 5 ans après un diagnostic de cancer, 33 % des patients n’ont pas de suivi en médecine générale

Les troubles de l'érection sont associés à un risque cardiovasculaire deux fois plus élevé chez les hommes de plus de 60 ans (illustration).

Risque cardiovasculaire : nouvelles données favorables à une valeur prédictive de la dysfonction érectile

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019