En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La chirurgie dans le traitement du mélanome

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Dans le contexte du traitement du mélanome, la chirurgie est employée pour enlever la tumeur (« exérèse élargie ») ainsi que, dans certains cas, les ganglions qui drainent la région atteinte (« curage ganglionnaire »).

L'exérèse élargie des cancers de la peau

chirurgie d'un mélanome

Lorsque l’analyse microscopique de la lésion a confirmé sa nature cancéreuse, le dermatologue va de nouveau pratiquer une petite intervention au niveau de la peau qui entourait la tumeur. Sous anesthésie locale, il enlève davantage de peau saine (la quantité enlevée est fonction de la taille et de la nature de la tumeur) pour être certain de retirer d’éventuelles cellules cancéreuses à proximité de la tumeur.

Parfois, il arrive que la plaie ainsi formée soit trop étendue pour être refermée par des points de suture. Dans ce cas, plusieurs possibilités existent :

  • la pose d’un pansement spécial destiné à favoriser la cicatrisation de la plaie en quelques semaines (« cicatrisation dirigée »). Cette méthode est particulièrement adaptée aux plaies du nez, du front et de la face intérieure des cuisses.
  • le recouvrement de la plaie par un lambeau de peau voisin ;
  • la greffe d’un fragment de la peau du patient (« autogreffe ») pris ailleurs sur le corps.

Lorsque le mélanome touche un ongle, il est parfois nécessaire d’enlever une ou deux phalanges.

L'ablation des ganglions lymphatiques

Selon le stade du mélanome, le médecin peut estimer nécessaire de prélever un ou quelques ganglions les plus proches de la tumeur, pour rechercher des métastases : c’est le prélèvement du ganglion sentinelle. Si ce ganglion contient des cellules cancéreuses, le chirurgien enlèvera une grande partie des ganglions qui drainent la région : c’est le curage ganglionnaire destiné à éviter que des métastases partent des ganglions vers le reste du corps.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité