En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le dépistage et le diagnostic des mélanomes

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Peut-on dépister les cancers de la peau ?

Le dépistage des cancers de la peau consiste à se faire examiner régulièrement par un dermatologue, en particulier lorsqu’on est à risque plus élevé de développer ce type de cancer. Votre dermatologue vous indiquera la fréquence d’examen adapté à votre cas.

De plus, les personnes à risque peuvent apprendre à surveiller eux-mêmes leur peau : c’est l’auto-examen de la peau.

Faire un auto-examen de sa peau

Deux à trois fois par an, les personnes qui sont à risque de mélanome doivent faire le point sur l’aspect de leurs grains de beauté ou repérer de nouvelles taches. En règle générale, chez une personne, tous les grains de beauté se ressemblent. Il est particulièrement important de rechercher ceux qui sortent du lot, ceux que les dermatologues appellent « les vilains petits canards ».

Pour cela, il est nécessaire d’inspecter la peau à l’œil nu, mais également en s’aidant d’un miroir en pied (pour voir le dos, les épaules, le cou, etc.) en n’oubliant pas de lever les bras. De plus, un miroir à main peut être indispensable pour inspecter les zones inaccessibles à la vue. Il peut parfois être intéressant de faire des photos des grains de beauté les plus gros pour détecter un éventuel changement de forme, de couleur, de taille ou d’épaisseur.

Appliquer la méthode ABCDE

La méthode ABCDE est un moyen mnémotechnique simple pour se souvenir des éléments à rechercher sur les grains de beauté ou autres taches :

  • Asymétrie : les grains de beauté ou les taches qui ne sont ni ronds, ni ovales ou qui ne sont pas homogènes en termes de couleur ou de relief doivent être particulièrement surveillés.
  • Bords irréguliers : des bords déchiquetés sont le signe d’un grain de beauté à surveiller.
  • Couleur non homogène : attention aux grains de beauté et aux taches qui mélangent plusieurs couleurs (brun, rouge, blanc, bleu ou bleu-noirâtre).
  • Diamètre : les grains de beauté de plus de 6 mm de diamètre doivent faire l’objet d’une surveillance attentive.
  • Évolution : tout changement rapide de la taille, de la forme, de la couleur ou de l’épaisseur d’un grain de beauté ou d’une tache justifie une consultation chez un dermatologue.

Si vous avez de nombreux grains de beauté, repérez ceux qui répondent à un ou plusieurs critères de la méthode ABCDE et faites-les examiner régulièrement par un dermatologue.

Comment diagnostique-t-on les cancers de la peau ?

Le diagnostic des cancers de la peau repose sur l’examen clinique de la peau et sur l’analyse microscopique du prélèvement de la lésion suspecte.

L'examen de la peau

Lors de l’examen de la peau du patient, le dermatologue peut utiliser un appareil particulier, le dermoscope, une sorte de microscope qui lui permet de voir à travers la couche la plus superficielle de la peau. Parfois, il utilise également une lampe qui émet des rayons ultraviolets (« lampe de Wood ») pour rechercher des pigmentations anormales de la peau.

Il peut prendre des clichés des lésions à surveiller pour pouvoir comparer leur aspect lors de la visite suivante.

L'analyse de la lésion suspecte

Si une lésion lui paraît suspecte, le dermatologue va la prélever sous anesthésie locale (c’est « l’exérèse diagnostique ») et l’envoyer au laboratoire pour analyse microscopique. Il prélève la lésion entière avec quelques millimètres de peau saine tout autour et ferme la plaie avec un ou deux points de suture.

Si le diagnostic de cancer de la peau est confirmé

Si l’analyse confirme qu’il s’agit d’une lésion cancéreuse, le médecin peut décider de faire pratiquer des examens complémentaires à la recherche d’éventuelles métastases : prise de sang, échographie des ganglions avoisinants, scanner (tomodensitométrie), IRM, etc.

Actualités

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations

Les propriétés antiagrégantes plaquettaires de l\\\\\\\'aspirine ont été découvertes en 1967 (illustration).

Seniors en bonne santé : prendre de l'aspirine à faible dose est-il utile ?