Comment soigne-t-on les mélanomes ?

Mis à jour : Vendredi 27 Mars 2020

Le traitement du mélanome a pour objectif la guérison du patient, à défaut l’amélioration de sa qualité de vie et de sa survie, ainsi que la prévention des complications ou des effets indésirables des traitements.

Quels sont les traitements du mélanome ?

Le traitement des mélanomes varie selon leur stade d’évolution. Il repose sur la chirurgie, pour enlever la tumeur et éventuellement les ganglions atteints, et sur l’administration de médicaments. Les traitements médicamenteux du mélanome sont 3 types : la chimiothérapie anticancéreuse, qui bloque la prolifération des cellules anormales, l’immunothérapie, qui stimule les défenses immunitaires du patient et des traitements ciblés qui visent une protéine anormale des cellules cancéreuses. La radiothérapie, les rayons, n’est utilisée que pour traiter les métastases.

Lorsque ce traitement exige d’autres traitements que ceux chirurgicaux ou immunothérapeutiques, il est administré dans des centres de lutte contre le cancer accrédités par l’Institut national du cancer (INCa).

Le traitement des mélanomes selon leur stade d'évolution

Le traitement des mélanomes varie selon leur stade d’évolution.

  • Les mélanomes de stades I et II sont traités par chirurgie (voir ci-dessous) et, si leur épaisseur est supérieure à 1,5 mm, par immunothérapie (interféron alpha injectable).
  • Les mélanomes de stade III sont traités par chirurgie et par immunothérapie ; une chimiothérapie est mise en place si la chirurgie n’est pas possible.
  • Les mélanomes de stade IV sont traités par chirurgie, radiothérapie contre les métastases osseuses et chimiothérapie contre les métastases du foie, du poumon ou du cerveau.

Le traitement des cancers de la peau non mélanomes

Le traitement des carcinomes basocellulaires, des carcinomes épidermoïdes cutanés et des kératoses actiniques (les lésions précancéreuses) n’est pas très différent de celui des mélanomes et repose également sur la chirurgie. Lorsque celle-ci n’est pas possible, le médecin peut également prescrire :

  • une destruction de la lésion par l’azote liquide (cryothérapie), le bistouri électrique (électrocoagulation) ou un laser, comme pour les verrues ;
  • une radiothérapie localisée ;
  • l’application d’une crème immunostimulante pendant plusieurs semaines (ALDARA) ;
  • une photothérapie dynamique (la lésion est exposée à une lumière particulière après avoir été sensibilisée à l’aide d’un médicament).

Actualités

Traquer le SARS-CoV-2 dans les stations d'épuration (illustration).

Lire dans les eaux usées : une autre arme contre la COVID-19

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Cancer du col de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple