Les causes des tumeurs du cerveau

Mis à jour : Vendredi 03 Avril 2020

Quelles sont les causes des tumeurs du cerveau ?

Les facteurs qui conditionnent l’apparition d’une tumeur du cerveau sont encore mal connus. Certains facteurs de risque sont suspectés mais leur influence reste peu claire.

Le rôle de l'environnement

Certaines substances chimiques semblent augmenter le risque de tumeur du cerveau pour les personnes qui y sont exposées pendant de longues durées et à des doses élevées. Ce sont des substances utilisées dans la production de carburants et de produits dérivés du pétrole, ou dans la fabrication des plastiques et des caoutchoucs synthétiques. De plus, la manipulation de certains pesticides ou de substances radioactives semble également être un facteur de risque. Pour cette raison, certaines tumeurs du cerveau sont considérées comme des maladies professionnelles.

L’exposition prolongée à des champs électromagnétiques (par exemple, ceux créés par des lignes électriques à très haute tension) a été suspectée d’être un facteur de risque. Les études menées à ce sujet ont donné des résultats contradictoires et le doute demeure.

Les téléphones portables augmentent-ils le risque de tumeur du cerveau ?
Depuis plusieurs années, la polémique enfle sur l'impact des téléphones portables (qui émettent des ondes électromagnétiques) sur le risque de développer une tumeur du cerveau. Les études menées n'ont pas permis d'identifier un risque avéré ni pour les tumeurs du cerveau, ni pour les tumeurs du nerf acoustique, mais elles vont néanmoins dans le sens d'un risque possible, en particulier chez les enfants et les adolescents.
Pour cette raison, les autorités de santé, par mesure de précaution, recommandent de ne pas confier de téléphone portable aux enfants et d'utiliser systématiquement une oreillette « mains libres ».

Le rôle de l'hérédité

Un risque lié à l’hérédité (un risque « familial ») existe pour deux types de tumeurs du cerveau, les neurinomes et les neurofibromes, qui représentent environ 5 % des tumeurs du cerveau. Une maladie génétique, la neurofibromatose, augmente également le risque de ce type de tumeur (mais pas des autres types de tumeur du cerveau).

Le rôle des autres maladies

Les personnes immunodéprimées, par exemple celles qui souffrent de VIH/sida, ont un risque plus élevé de développer un lymphome du cerveau (une tumeur des cellules chargées de défendre le cerveau contre les infections).

Peut-on prévenir les tumeurs du cerveau ?

    Les mesures de prévention des tumeurs du cerveau sont peu spécifiques et concernent tous les cancers :
  • ne pas fumer ;
  • adopter une alimentation équilibrée et lutter contre l’embonpoint ;
  • limiter le plus possible sa consommation de boissons alcoolisées ;
  • pratiquer régulièrement une activité physique.

Des mesures de protection particulières sont mises en place pour les personnes qui, dans le cadre de leur vie professionnelle, sont amenées à manipuler des substances chimiques soupçonnées d’augmenter le risque de développer une tumeur du cerveau.

Actualités

Les tests salivaires sont plus simples, moins désagréables, mais moins fiables (illustration).

COVID-19 : la HAS favorable aux tests salivaires, uniquement en présence de symptômes

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif