La chimiothérapie dans le traitement des tumeurs du cerveau

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Dans le cadre du traitement des tumeurs du cerveau, une chimiothérapie est parfois administrée en particulier après la radiothérapie, pour éliminer d’éventuelles cellules cancéreuses restantes et réduire le risque de récidive. Certaines formes de tumeur du cerveau ne sont pas sensibles à la chimiothérapie.

La chimiothérapie des tumeurs du cerveau en pratique

La chimiothérapie des tumeurs du cerveau peut être administrée sur une période allant de six semaines à un an, voire plus. Elle peut être prescrite en cures de quelques jours tous les mois, ou tous les jours pendant une période plus courte. Le plus souvent, elle fait appel à des médicaments administrés par voie intraveineuse.

Les effets indésirables de la chimiothérapie des tumeurs du cerveau

Les effets indésirables des médicaments de chimiothérapie sont variables selon les substances prescrites. Le plus souvent, ce sont des nausées et des vomissements, de la fatigue, une baisse du nombre de globules rouges et de globules blancs (à l’origine d’une anémie et d’une sensibilité plus grande aux infections), des saignements, des douleurs et la chute des cheveux et des poils.

Les autres traitements prescrits lors de tumeur du cerveau
Outre les médicaments de chimiothérapie, d’autres traitements peuvent être prescrits pour soulager les symptômes liés à la tumeur du cerveau ou aux traitements :
  • des corticoïdes pour diminuer l’œdème du cerveau provoqué par la tumeur ou par les traitements ;
  • des diurétiques pour faciliter l’élimination de l’excès de liquide à l’intérieur du cerveau ;
  • des antiépileptiques pour prévenir les crises d’épilepsie ;
  • des antalgiques pour soulager la douleur, en particulier les maux de tête ;
  • des anticoagulants pour éviter une phlébite ou une embolie pulmonaire.

Actualités

Une allergie à bien confirmer (illustration).

L’allergie à la pénicilline : plus de peur que de mal ?

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’il permettra la dispensation en ville du midazolam injectable

Accompagnement de la fin de vie au domicile : le midazolam injectable dispensé en ville d’ici juin 2020

Cancer bronchique : du dépistage aux signes cliniques d'alerte (illustration).

Cancer du poumon : premiers symptômes et dépistage par scanner à faible dose