En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

La radiothérapie dans le traitement des tumeurs du cerveau

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Dans le cadre du traitement des tumeurs du cerveau, la radiothérapie est le plus souvent utilisée en relais après une intervention chirurgicale, pour supprimer les cellules cancéreuses qui n'ont pas pu être retirées. Elle est également utilisée chez les personnes pour lesquelles la chirurgie n'est pas envisageable, éventuellement associée à la chimiothérapie.

La radiothérapie des tumeurs du cerveau en pratique

rayons tumeur au cerveau

Grâce aux images scanner et IRM, la trajectoire des rayons ionisants est calculée de manière à respecter le plus possible les zones saines du cerveau et à éviter les zones particulièrement sensibles aux rayonnements : les yeux et les nerfs optiques, les organes de l’audition et les nerfs acoustiques. Un masque adapté à la morphologie du crâne du patient est préparé afin de lui permettre de maintenir sa tête immobile pendant le traitement, et pour retrouver facilement une bonne position de la tête à chaque séance.

La radiothérapie des tumeurs du cerveau se déroule le plus souvent sur une période de cinq à six semaines, à raison de trois à cinq séances par semaine. Chaque séance dure environ un quart d’heure, dont quelques minutes d’exposition aux rayons.

Qu’est-ce que la radiochirurgie ?
Également appelée « radiothérapie stéréotaxique », la radiochirurgie consiste à administrer un faisceau de rayons ionisants qui encerclent la tumeur dans le but de la détruire. Cette technique est particulièrement utilisée pour traiter des tumeurs profondes pour lesquelles il serait trop dangereux de réaliser une intervention chirurgicale. Elle nécessite très peu de séances, voire même une seule, mais exige la pose d’un cadre de stéréotaxie et une hospitalisation d’un ou deux jours.
La radiochirurgie est réservée aux tumeurs de petite taille (moins de 3,5 centimètres de diamètre) et aux contours bien délimités. Il peut s’agir notamment des méningiomes, des neurinomes et des tumeurs qui se développent au niveau de l’hypophyse (adénome hypophysaire).

Les effets indésirables de la radiothérapie des tumeurs du cerveau

Les séances de radiothérapie destinées à traiter les tumeurs du cerveau peuvent entraîner des effets indésirables :

  • de la fatigue et de la dépression ;
  • une aggravation temporaire des symptômes présents avant le traitement, liée au gonflement inflammatoire (œdème) du cerveau ;
  • des nausées et des vomissements ;
  • des maux de tête ;
  • une irritation du cuir chevelu et une chute de cheveux à l’endroit où les rayons ont été appliqués. La chute de cheveux peut être temporaire ou définitive.

Ces effets indésirables peuvent également apparaître après la fin des séances de radiothérapie (jusqu’à trois mois après). Des traitements spécifiques peuvent être prescrits pour les soulager. À long terme, il arrive que la radiothérapie des tumeurs du cerveau entraîne des troubles de la concentration et de la mémoire, voir un ralentissement des mouvements.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères