En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le traitement de l’allergie au lait de vache

Mis à jour : Vendredi 15 Avril 2011

Comment soigne-t-on l’allergie aux protéines de lait de vache ?

Les nourrissons allergiques aux protéines de lait de vache ne doivent pas être nourris avec du lait de chèvre, de brebis, de jument ou du lait dit « de soja ». Pour ces enfants, ces laits peuvent être tout aussi allergisants que le lait de vache.

Le traitement de cette allergie repose sur une alimentation à base de lait de vache dont les protéines ont été fragmentées en petits morceaux et cessent ainsi d’être rejetées par l’organisme. Ces laits, appelés hydrolysats poussés, ne doivent pas être confondus avec les laits dits hypoallergéniques (ou HA). Ceux-ci sont destinés à prévenir les allergies chez des nourrissons prédisposés pour des raisons familiales. Ils ne conviennent en aucun cas aux bébés qui ont déjà montré les signes d’une allergie.

Parfois, ils arrivent que les hydrolysats poussés continuent à provoquer des symptômes allergiques car les fragments de protéines suffisent à les déclencher. Dans ce cas, le nourrisson est alimenté avec des solutions à base d’acides aminés (les éléments de base des protéines). Leur coût est très élevé et leur usage réservé aux cas les plus difficiles à traiter.

On tente généralement de réintroduire le lait chez un nourrisson allergique aux protéines de lait de vache vers l’âge de douze à quatorze mois. En effet, ce type d’allergie ayant tendance à disparaître avec le temps, une réintroduction progressive est parfois possible dès cet âge.

Les parents de nourrissons allergiques doivent veiller à utiliser des produits de toilette (shampooings, pommades, etc.) qui ne contiennent pas de protéines de lait.

Actualités

Résultats de l'indice HAQ au niveau mondial en 2016 (source : Lancet).

Comparaison affinée de l’accès aux soins de qualité pour 32 pathologies à la mortalité prématurée évitable

Discussion entre professionnels de santé dans un hôpital (illustration).

Risque d’erreur médicale aux urgences : étude française encourageante de l’impact des vérifications croisées

Samuel Mercier, infirmier urgentiste aux Sapeurs Pompiers de Paris, reçoit le premier Prix du Concours Lépine 2018 pour l'invention du MedPack (photo : @ConcoursLepine).

Concours Lépine 2018 : MedPack et trois autres innovations santé au tableau d’honneur